Des étudiantes en troisième année "sages-femmes" à la Haute école de Namur - Liège - Luxembourg (Hénnalux) ont participé, mercredi matin en présence de la secrétaire d'Etat à l'Egalité des genres Sarah Schlitz, à la première édition d'un escape game pédagogique. L'objectif de celui-ci est de parvenir à repérer les violences intrafamiliales durant la grossesse et à agir en conséquence.

Le jeu "Oseras-tu poser la question?" est l'initiative d'enseignantes de l'Hénnalux. "La grossesse est un moment de vulnérabilité", explique la coordinatrice pédagogique Milena Jarosik. "Les violences commencent ou s'intensifient durant cette période, mais elles peuvent être psychologiques ou numériques et ne sont pas évidentes à détecter." 

Une femme enceinte voit en moyenne 27 professionnels de la santé pendant sa grossesse et les sages-femmes ont un rôle à jouer. "C'est une profession autonome depuis 2006, mais elles ne sont pas reconnues comme des professionnels de la santé alors qu'elles sont en première ligne. A la veille de la journée mondiale de la sage-femme, présenter cette formation se voulait aussi symbolique. Elle fait partie d'un cours de consultation prénatale." 

Sarah Schlitz, secrétaire d'Etat à l'Egalité des genres, à l'Egalité des chances et à la Diversité a marqué cette première de sa présence. "L'un des axes du Plan d'action national de lutte contre les violences de genre (PAN) 2021-2025 est la formation", explique-t-elle. "Il est important de constater sur le terrain comment cela se décline. Ce nouvel outil pédagogique permet de comprendre toutes les étapes de la violence et ses différentes formes."