Depuis plus d’un an, le Conseil Consultatif Communal des Aînés (C.C.C.A.) s’alarme d’une réalité qui va en s’amplifiant : le nombre d’agences bancaires et d’automates diminue de plus en plus, tandis que les opérations électroniques prennent le pas sur les transactions en liquide.

Namur n’échappe pas à la tendance : de 2010 à 2020, le nombre d’agences bancaires est passé de 73 à 43.

Ces évolutions, accentuées par la crise sanitaire, n’accroissent-elles pas le risque de fracture numérique ? N’est-on pas en train d’exclure une partie importante de la population (en particulier, les aînés) de services pourtant essentiels ?

Ce sont les interrogations que soulèvent le C.C.C.A. à travers l’enquête citoyenne qu’elle initie et qui vise à objectiver le phénomène et les préoccupations pour proposer différentes pistes dans la poursuite de ses échanges avec le secteur bancaire.

Le C.C.C.A. soulève également différents autres points :

  • la répartition des agences ou points de contact est très inégale sur le territoire et les moyens de transport en commun n'en facilitent pas l'accès.
  • le coût des opérations manuelles représente aussi un handicap pour une part non négligeable des aînés dont les revenus sont parfois limités.
  • la fracture numérique touche entre 25 et 30 % de la population concernée et l'âge n'est pas un critère absolu.
  • les seniors représentent 1/4 de la population namuroise et les projections les plus récentes du Bureau du Plan prévoient un accroissement de 50 % de cette catégorie dans les 3 décennies à venir (ces chiffres suivent sensiblement la même courbe en Wallonie et dans l'ensemble du pays).

Donnez votre avis en répondant à l’enquête du C.C.C.A. jusqu’au 15 juillet prochain.

En ligne : (https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSdcoiJzfff7gPLtCgj1yyYXqVVGeSqdfxaXYiJRngUWvlXZAg/viewform)

Par téléphone : 081 40 14 86 ou 081 24 72 54

En vous procurant et en déposant votre formulaire d’enquête à la Maison des Citoyens