C'est ce qu'a annoncé le PTB dans la nuit après un dérapage sur les réseaux sociaux hier soir

Lundi soir, une conversation a agité le monde politique namurois. Le conseiller communal PTB Jean-François Lenoir, élu le 14 octobre et ayant prêté serment le 3 décembre dernier, s'est fendu d'une insulte sexiste, dans un post public, à l'égard de la conseillère CDH Dorothée Klein.

© Facebook

Et dans la conversation qui a suivi, il est apparu qu'il ne se rendait pas compte ni de la nature de ses propos ni de leur portée. Rappelons que ces pratiques, même si les réseaux sociaux constituent pour certains un défouloir, sont punies par la loi.

Dans la nuit, Thierry Warmoes, le chef du groupe PTB au conseil communal de Namur, a tenu à réagir via les mêmes canaux. Ce n'est nullement une position de son groupe politique, mais une manifestation de la maladie dont souffre Jean-François Lenoir, explique celui qui annonce la démission de ce dernier.

"Le PTB Namur se distancie des propos de Jean-François Lenoir. Ceux-ci sont inadmissibles, irrespectueux et une atteinte aux personnes reprises sur son statut. Ces propos n'incarnent pas les valeurs du PTB.

Elles n'incarnent certainement pas non plus celles de Jean-François. Jean-François souffre d'une maladie qui implique des troubles psychologiques. Cela fait plusieurs semaines que des éléments difficiles à vivre dans son quotidien amplifient ces troubles.

C'est pour ces raisons que Jean-François lui-même a exprimé la volonté de démissionner de son poste de conseiller communal, ce qui a été accepté par la direction du PTB. Pour la même raison, Jean-François était absent du conseil communal jeudi dernier. Sa lettre de démission devait partir dans les jours à venir.

Nous souhaitons à Jean-François un bon rétablissement. Le PTB continuera de porter la voix des travailleurs au conseil communal de Namur."