Le Collège communal a chargé Tanguy Auspert, échevin du Patrimoine, et le Service de la Gestion immobilière, de mettre au point la concession de services et le cahier des charges destinés à trouver le restaurateur qui occupera l’espace HoReCa de « Namur Intelligente et Durable », futur haut lieu d’expérimentation et de co-construction de la Ville. Le conseil communal a approuvé le projet ce mardi soir.

La durée de la concession est fixée à 9 ans. Le montant de la redevance est de 3.000 euros minimum par mois. Le restaurant fait 217 m² et la terrasse 136 m². La capacité serait de 60 couverts. En tenant compte d’une ouverture 350 jours par an, de 110 clients par jour et d’une dépense moyenne de 18 euros par client, le chiffre d’affaires annuel est estimé à 843.000 euros, soit 7,5 millions sur neuf ans.

« Plusieurs critères d’attribution ont été établis : qualité de l’offre de restauration proposée, articulation avec la philosophie du projet du NID, offre de service avec le site et les activités proposées au sein du NID, proposition d’animations, d’actions de sensibilisation et d’éducation en lien avec les thématiques développées au NID et la politique touristique de la Ville de Namur ou encore les horaires d’ouverture (diurnes et nocturnes) », précise Tanguy Auspert.

Un cahier des charges fourni qui a fait tiquer la conseillère indépendante Françoise Kinet, la seule à avoir voté contre le document. « Au vu du chiffres d’affaires estimé, le loyer me paraissait dérisoire mais compte tenu des exigences, je le comprends mieux », confie-t-elle. « Le restaurateur ne pourra même pas choisir le nom de son établissement, c’est le scénographe du NID qui fera une proposition. »

Enfin, si les lieux disposent de l’équipement de base à même de proposer une cuisine de qualité, il est demandé au futur soumissionnaire d’apporter sa touche finale. Il va devoir parachever la cuisine, notamment la mettre aux normes en vigueur dans la restauration) et l’équiper (chambre froide, électro,...), mais également aménager l’espace « salle » et l’équiper en mobilier.

Un investissement estimé à 160.000 euros de travaux de parachèvement et à 80.000 euros pour l’équipement hors salle et bar.