Namur

Elle confirme l'achat futur des 7.000 mètres carrés et sa transformation en parc public aux frais de Besix

Le citoyen Richard Dessart a interpellé le conseil communal ce jeudi soir au sujet de ce qui allait succéder au parc Léopold en matière d'espaces verts dans le centre ville. Après s'être battu pour la consultation citoyenne et contre le centre commercial, pour la survie du parc Léopold, il invite les citoyens à se battre pour obtenir un espace vert de qualité à l'Espena. "Aux ateleirs urbains, nous avons appris que rien ne permettrait de sauver le square, propriété de Besix", dit-il. d'où le départ d'une nouvelle réflexion et sa propositiond e créer une forêt urbaine dans le centre de Namur..

© Veronesi/Swijsen

Ses questions à la ville, en résumé:

"À l'heure actuelle, la Ville peut-elle garantir aux Namurois qu'elle achètera le site de l'Espena? La Ville a-t-elle déjà calculé les coûts pour détruire le bunker et y apporter assez de terres pour que l'on puisse y planter des grands arbres? Et si oui, la Ville peut-elle s'engager à supporter ces coûts? Pourriez-vous aujourd'hui promettre aux Namurois la création d'une forêt urbaine sur le site de l'Espena afin d'aider la biodiversité et l'avifaune au centre-ville? Allez-vous faire appel à des experts en biodiversité pour l'aménagement du site Espena afin de ne commettre aucune erreur? Allez-vous penser le site de l'Espena comme un tout en y incluant les Jardins du Maïeur et surtout la Venelle de l'Hôtel de Ville afin que l'entrée principale du parc se trouve rue de Fer?"


Réponse de l'échevine des espaces verts Charlotte Mouget:

"Oui le Nord-Est de la Ville est en souffrance en matière de verdurisation. A l’Ouest, nous avons un magnifique parc, le parc Louise-Marie, parc conçu à l’époque sur base d’un concours d’architecture remporté en fonction des standards de l’époque, libérer la ville du carcan des fortifications et créer un lieu de sociabilité urbaine, à travers un lieu de promenade de 3 hectares. Une formidable opportunité saisie à l’époque et qui doit inspirer même si des enjeux complémentaires de Ville sont venus s’ajouter", reconnaît-elle en préalable.

© Veronesi/Swijsen

La Ville peut-elle garantir aux Namurois qu’elle achètera le site de l’Espena ? "Oui, la Ville de Namur confirme son intention ferme. Comme vous l’évoquez dans votre intervention, son acquisition est en effet une excellente opportunité pour la Ville compte tenu de la taille du site, soit 7000m2, et de son implantation en plein cœur de Ville."

La Ville a-t-elle déjà calculé le coût pour détruire le bunker et y apporter assez de terres pour que l’on puisse y planter de grands arbres ? Et si oui, la Ville peut-elle s’engager à supporter ces coûts ? "Le coût de la destruction du bunker, de la dépollution des sols et de la remise en état du site et la création d’un parc ne sont aujourd’hui pas connus. Ils devront faire l’objet de différentes études. Concernant les coûts de ces différents travaux, ils ne seront pas supportés par la Ville de Namur. D’une part, la Fédération Wallonie-Bruxelles à qui nous achèterons le terrain, est tenu de le rendre dépollué, d’autre part, la présence d’un bunker affecte son prix (à la baisse naturellement). D’autre part, nous pouvons vous confirmer notre intention ferme d’imposer à BESIXRED le financement portant sur l’étude et la réalisation du parc à titre de charge d’urbanisme. BESIXRED a, sur ce point, déjà pu nous confirmer sa volonté de satisfaire à la demande du Collège communal en intégrant la formalisation et la concrétisation de cette charge d’urbanisme dans l’élaboration de son projet."

Quel projet pour l’Espena donc ? "Dans votre interpellation, vous évoquez la possibilité de planter une forêt urbaine comme à Gembloux et d’autres villes dans le monde d’ailleurs. Je pense qu’il s’agit d’une idée intéressante. Considérant l’opportunité de réaliser un parc qui répond aux aspirations des riverains mais aussi des enjeux de transition écologique, nous proposerons que la création du parc se fasse également de manière participative selon des modalités à définir. Sur base des suggestions comme celles que vous émettez, et d’avis d’experts. La Ville partage la conclusion du comité de co-construction sur ce point. Nous devons permettre la création d’un espace vert fonctionnel et qui répond aux besoins. Gardons donc bien au chaud cette proposition de foret urbaine et sollicitons d’autres avis, d’autres idées. Pourquoi pas une place pour l’agriculture urbaine par exemple ? Ou des projets didactiques et pédagogiques ? On l’a vu, nous pouvons miser sur l’intelligence collective" pour travailler, ensemble sur le visage de notre Ville ces prochaines décennies."

Quid des connexions vers le nouveau parc ? "Concernant le maillage vert autours du site de l’Espena, point sur lequel vous insistez, voici quelques éléments de réponses également. Tout d’abord j’estime le point de vue pertinent. C’est la logique même du déploiement d’une ville durable que de concevoir, non des ilots verts isolés, mais des points verts connectés, notamment pour des raisons de continuum écologique. Je voudrais d’abord rappeler, la proximité du parc de l’Espena avec le projet de redéploiement du quartier des casernes qui inclut, lui aussi un beau parc mais aussi des terrasses collectives avec des potagers, etc. Il y a également une opportunité de verdurisation depuis la rue de fer en passant par la venelle de l’hôtel de Ville et le chemin des écoliers. Cela ferait également sens et nous devrions intégrer cet enjeu à l’aménagement de l’Espena. Sur cette question, je rappelle par ailleurs les autres projets de verdurisation de la place de la station et de l’avenue de la gare, du boulevard Mélot, Cauchy ainsi que de l’axe Rogier-Brabant. In fine, c’est d’une ceinture verte dont Namur sera dotée dans le cadre de ces différents aménagements."

Namur Capitale Verte européenne ? "C’est un bel objectif. Pour 2023-2024, malgré toute notre ambition en matière de transition écologique, il nous manquera cependant encore 90 000 habitants pour être éligible. Que cela ne nous empêche pas d’avancer sur l’enjeu d’une ville plus verte et agréable pour tous ses habitants."