C’est au niveau national que le travail du Beau Vallon (Soins spécialisés en santé mentale) et de son personnel est reconnu dans le cadre de la pandémie de covid-19. Cinq Marchetti de la Red Devils Team de la Composante Air viendront survoler l’hôpital psychiatrique ce jeudi 31 décembre à 10h43 précises. Les avions de la patrouille aérienne belge, connus pour leurs shows acrobatiques, voleront en formation avec à bord, en plus du pilote, un membre de la société civile/militaire.

Les autorités souhaitaient ainsi mettre à l’honneur et remercier des institutions belges et leur personnel pour leur participation dans la lutte contre le covid. En Province de Namur, c’est le Beau Vallon qui a été choisi, soulignant ainsi la qualité du travail réalisé par ses équipes. Malgré de nombreuses contraintes, un contexte difficile et de nombreuses inconnues, le personnel de l’hôpital psychiatrique a su faire preuve d’adaptabilité et de courage pour continuer à dispenser des soins de qualité optimale dans l’ensemble des services du Beau Vallon.

Une Structure intermédiaire de Soins « post-covid » toujours mobilisable

En novembre dernier, le Beau Vallon avait également proposé à la Province de Namur de mettre à disposition une aile de 25 lits inoccupés, pour face au risque de saturation des hôpitaux namurois lors de la deuxième vague de la pandémie. Cette Structure Intermédiaire de Soins (SIS) a été équipée et mise en place afin d’accueillir des patients guéris, qui ne nécessitaient plus de soins aigus en hôpital mais qui n’étaient pas encore capables de regagner leur domicile ou leur maison de repos.

La SIS a accueilli 15 patients durant ses 6 semaines de fonctionnement. Ce centre a ainsi mobilisé un e équipe de 5 médecins, 12 infirmiers, 2 kinésithérapeutes, et d’une coordinatrice de soins, accompagnée des diététiciennes du Beau Vallon, d'ambulanciers de la Défense et d'étudiants stagiaires.

Au vu de l’accalmie en décembre dans les hôpitaux, et donc des arrivées au Beau Vallon, la SIS a été fermée le 18 décembre, jusqu’à nouvel ordre. Mais le centre reste équipé et le personnel soignant est prêt à se mobiliser si une troisième vague devait survenir et s’il était nécessaire de rouvrir.