Des arbres communaux sont tombés lors de la tempête. Plusieurs et doivent être abattus sans tarder

Les pompiers ne sont pas les seuls à intervenir en cas de tempête. Les services de la ville de Namur sont sur la brèche depuis mercredi matin. "Nous sommes responsables des arbres communaux. Ici, les pompiers ne nous ont pas appelés pendant la nuit, mais on a reçu ce mercredi matin une soixantaine de messages et on a dépêché tous nos sommes compétents en la matière, ceux qui sont habilités à utiliser une tronçonneuse et du matériel spécifique à ce genre d'intervention. Ils sont 11 dans le cas", nous explique le chef du service nature et espaces verts, dans le feu de l'action.

Evidemment ils sont intervenus sur le territoire public, pas chez les privés.

Plusieurs de ses hommes étaient encore mercredi après-midi au parc Louise-Marie qui restait fermé au public pour des raisons de sécurité même si l'ordonnance communale d'interdiction de fréquenter les parcs était levée dès 3h du matin. "Les hommes dépêchés sur place ce matin ont constaté qu'un tilleul avait été touché et ne pouvait pas rester en place sans menacer la sécurité des promeneurs. le parc a été sécurisé et ils sont toujours en intervention", nous confiait-il en fin d'après-midi.

© Swijsen

Plusieurs arbres ont souffert dans les parcs namurois, de La Plante et d'Amée notamment. mais aussi sur la voirie. "Outre plusieurs branches qui ont tombées sur la voirie et qu'on a dû enlever car c'était de la notre responsabilité, certaines sont tombées su des voitures qu'elles ont endommagé. Un tilleul a connu une situation similaire dans un autre parc et certains arbres sont tombés seuls pendant la tempête", énumère le chef de service.

Il souligne que certains parcs namurois n'ont pas de murs d'enceinte et sont plus difficiles à sécuriser que d'autres et conseille à la population de faire attention et de ne pas les fréquenter en cas de vents. "Ramasser une branche même moyenne sur la tête, ça peut faire très mal."

Une fois les interventions urgentes opérées, il restera à évacuer les branches ainsi tombées, détachées ou les troncs coupés. "Cela prendra sas doute plusieurs jours. Cela sera transformé en broyat et utilisé pour les plantations de la ville. Pour les troncs et branches plus épaisses, ce sera débité et vendu par la suite comme bois de chauffage."

Toujours est-il qu'avec les dégâts de cette petite tempête, le planning de l'entretien des haies communales, notamment sera chamboulé. Et le paysage namurois sera modifié par l'absence de certains arbres, comme au Grognon par exemple. Les Namurois n'en tiendront pas rigueur aux équipes mobilisées, d'autant qu'elles veillent en tout premier lieu à leur sécurité.