Pratiquement chaque jour, Marc met son kayak à l'eau. Il passe sur la Meuse entre 8 et 10 heures par jour en bonne saison, 3 à 5 heures lorsque le temps n'est pas de la partie. En tout, il estime qu'il pratique ainsi son sport favori 280 jours par an. Mais il ne se contente pas de ramer. Il ramasse aussi les déchets sur les berges ou ceux qui flottent: bouteilles vides, cannettes, morceaux de frigolite, ce qui représente quand même en moyenne 20 kgs de déchets récupérés chaque jour.

Ce samedi, il a été interpellé par des policiers: "Ils m'ont sorti de l'eau en face de la Guinguette et m'ont interdit de continuer à faire du Kayak entre l'écluse du côté de La Plante et la piste de vitesse à Wépion. Il m'est interdit aussi de ramasser les déchets sur 2 kilomètres parce qu'il paraît qu'ils iront à l'écluse de récupération des déchets "les Grands Malades" en face du CHR. Or, il n'y a que 5% de ces déchets qui arriveront là bas, le reste coulera avant ou s'accrochera sur les bords" explique cet amoureux de la nature.

Apparemment, il ne peut plus faire du kayak qu'en face de l'espace des Scouts Marins et tout le long de l'île, du côté Jambes soit plus ou moins 500 mètres de parcours. "Apparemment, je dérange. Je fais gratuitement du travail que des ouvriers pourraient faire, mais on ne veut pas engager des gens sur l'eau à Namur. On veut favoriser les hors-bord. Je ne sais pas ce que je vais faire. J'ai toujours respecté les règlements mais il parait qu'ils ont changé. Je vais tenter d'en savoir plus mais je trouve honteux qu'on m'empêche de faire ce nettoyage". D'autant plus que Marc ressent une certaine hypocrisie du côté communal: "C'est la commune qui me fournit les sacs poubelle et qui les évacue".

Changement de règlement? Nous n'avons pu vérifier ce samedi, mais nous y reviendrons.

Maxime Prévot, bourgmestre de Namur a quant à lui déjà réagi ce dimanche matin après avoir reçu pas mal de messages de gens pensant que c’est la Ville ou lui-même qui a pris l’initiative de faire cesser son activité : "Je n’étais ni au courant de la démarche positive de ce monsieur, que je tiens à féliciter, et encore moins de la raison pour laquelle la police est intervenue récemment pour la faire cesser. C’est effectivement le genre d’initiative citoyenne et civique à encourager. Je vais aller à la pêche aux infos pour tenter de tirer tout cela au clair".