En 2017 déjà, Namur faisait un grand pas vers le futur en étant désignée comme ville pilote (avec Charleroi) pour le déploiement de la fibre optique sur son territoire. Une opportunité pour les entreprises, les nombreux indépendants qui ont besoin d’une connexion haut débit dans leur quotidien, ou depuis peu, chez les particuliers, avec l’essor du télétravail, explique Maxime Prévot (cdH), bourgmestre.

En 4 ans, l’opérateur des télécommunications Proximus a équipé l’équivalent de 32 000 foyers de la capitale wallonne. La Corbeille, Salzinnes, Saint-Servais, une partie de Jambes, ainsi que l’ensemble des parcs d’activité économique sont désormais à la pointe. On parle d’un débit avoisinant les 100 mégabits par seconde, à Namur. "À Anvers, on a fait un test récemment, et on a atteint les 25 gigabits", déclare Renaud Tilmans, un Chief Customer Operations Officer de Proximus comblé.

Malgré des résultats probants, l’opérateur reconnaît la lourdeur de l’installation. Jusqu’ici, la fibre nécessitait de passer par un réseau enterré. Un procédé qui est lent et aussi coûteux. "Notre objectif final est de couvrir au moins 70 % des foyers belges d’ici 2028, dit Renaud Tilmans. Ce qui représente un investissement de 5 milliards."

Proximus a dès lors réfléchi à une alternative complémentaire pour être en phase avec le calendrier fixé. Il peut désormais profiter de l’infrastructure électrique du gestionnaire de réseaux de distributions Orès. "Notre finalité à nous, c’est l’amélioration du service public", commente Fernand Grifnée, Administrateur délégué d’Orès.

Une nouvelle fois, c’est la capitale wallonne, et plus particulièrement le village de Bouge, qui a été choisie pour essuyer les plâtres. Un second projet pilote démarré en mars dernier est toujours en cours. En tout, 177 habitations ont été connectées grâce à deux kilomètres de fibre optique installée sur 50 poteaux basse tension d’Orès. Les premiers clients ont été connectés en juillet dernier.

"On aspire à ce que ce projet pilote soit extrapolé à l’ensemble du territoire", ajoute Renaud Tilmans, de chez Proximus. Le nouveau partenariat avec Ores, qui passe par le réseau câblé aérien, bénéficiera à court terme, à 1000 foyers belges supplémentaires.

55 000 foyers connectés d’ici 2025: au tour de La Plante et Belgrade avant Vedrin, Champion, etc.

Aujourd’hui, la moitié des ménages namurois a accès à la fibre optique. D’ici la fin de l’année, Proximus souhaite atteindre le ratio des 54 % de foyers équipés grâce à l’extension du réseau à La Plante – “ où cela a pris du retard à cause des inondations ”, dit Renaud Tilmans, Chief Customer Operations Officer de l’opérateur – et de la chaussée de Waterloo à Belgrade. 36 000 foyers namurois seront dès lors en mesure de jouir de cette technologie internet haut débit.

Et cela ne s’arrêtera pas là puisque ce sont 55 000 familles et entreprises qui sont visées, à l’horizon 2025. Soit une couverture d’environ 80 % de la ville et de sa périphérie.

Ce seront alors les villages de Vedrin, de Champion, du reste de Bouge, de Beez, d’Andoy, d’Erpent, de Flawinne et de Belgrade-centre qui seront concernés.