Le Collège communal a pris connaissance de la décision des Fonctionnaires délégué et technique de refuser la demande de permis unique sollicité par la Ville de Namur pour construire et exploiter un parking souterrain et réaménager l’espace public place du palais de justice. Il a réagi via un communiqué.

Une concertation permanente a été entretenue avec l’ensemble des acteurs, dont l’UNamur qui a même été associée à la sélection du projet. La demande de permis a été introduite en date du 7 janvier 2019. Suite à la réaction de l’université de Namur lors de la première enquête publique, la Ville de Namur a pris une série d’initiatives pour renouer le dialogue avec elle. Des plans modificatifs ont été déposés, appuyés par des analyses complémentaires visant à rassurer l’université quant aux risques de nuisances liées au chantier. Une seconde enquête publique a été organisée. L’UNamur s’est à nouveau opposée au projet. La Ville a pris connaissance et a répondu aux réclamations introduites. L’instruction du dossier a donc suivi son cours jusqu’à la décision prise par les Fonctionnaires délégué et technique en date du 21 avril 2021.

Le refus de permis a pris la forme d’un arrêté de 55 pages, lequel reprend les motivations qui ont conduit à la décision. Les questions de la localisation du parking et du nombre de places sont validées et ne motivent pas le refus de permis. La démonstration du respect des normes vibratoires tant lors de la phase de construction que lors de l’exploitation du parking a été faite et est reconnue. Ces vibrations ne justifient pas non plus le refus de permis.

Restent les « inquiétudes » de l’UNamur relatives au fait que projet de parking pourrait générer d’« éventuelles nuisances ». Ces inquiétudes justifient le refus de permis.

Le Collège communal regrette que l’ensemble des efforts fournis, sur les plans techniques et scientifiques, mais aussi toutes les démarches de concertation visant à rassurer l’UNamur sur un risque non objectivé n’aient pas pu être pris en considération.

Il reste perplexe et va analyser avec son concessionnaire les suites à réserver à cette position de refus. En toute hypothèse, la Ville souhaite poursuivre ses objectifs pour renforcer l’attractivité du centre-ville en élargissant l’offre de stationnement et en améliorant la qualité des espaces publics en surface au profit des piétons, notamment.