Namur

Les premiers câbles volés à Lonzée ont été remplacés ce samedi matin, mais un autre vol avait été constaté près de Rhisnes. Finalement, la circulation a pu reprendre normalement vers 17h samedi. 

Les câbles en cuivre dérobés samedi matin à Lonzée, sur la ligne 161 qui relie Namur à Bruxelles, ont été remplacés. Ce vol avait entraîné l'impossibilité pour les trains de circuler entre Namur et Gembloux depuis ce samedi matin.

On pensait la situation rétablie avec l'intervention d'urgence des équipes d'Infrabel. Mais ils ont dû faire face à une nouvelle déconvenue. Un autre vol a entre-temps été découvert près de Rhisnes, a indiqué Infrabel samedi peu avant 13h. Les trains ne roulaient donc toujours pas entre Gembloux et Namur et le service de navettes mis en place par la SNCB avait été maintenu. Finalement, tout est revenu à la normale vers 17h.

"Les voleurs ont occasionné des dégâts importants et il y a beaucoup de travail sur place. Nous ne savons donc pas quand la circulation pourra être rétablie", déplorait Marie Molens, porte-parole du gestionnaire de l’infrastructure ferroviaire. Celle-ci regrettait la situation tant pour les voyageurs, dont le trajet était perturbé, que pour le personnel d’Infrabel, appelé à intervenir régulièrement pour ce type de faits.

Pas une première, loin de là...

Au cours du mois de juillet, Infrabel a en effet enregistré 30 vols de câbles en cuivre, remplacé par de l’aluminium, matériau moins cher et donc moins convoité. Depuis le début de l’année, 124 vols de câbles sur le réseau ferroviaire belge ont provoqué 9.497 minutes de retard.

L’année 2012 avait représenté un pic avec pas moins de cinq vols répertoriés par mois. C’est après cet annus horribilis qu’une série de mesures avaient été adoptées pour lutter contre le phénomène.

"Avant 2012, il s’agissait surtout de petits vols de câbles, concernant quelques mètres, mais depuis 2013, on observe que des quantités plus importantes disparaissent à des endroits chaque fois différents", pointe Marie Molens. "On ne s’explique pas vraiment cette recrudescence mais nous craignons qu’il s’agisse de criminalité organisée", conclut la porte-parole, qui ajoute que la situation va être analysée afin de déterminer s’il faut à nouveau renforcer les contrôles, par exemple.

Le gestionnaire du réseau déplore une nette recrudescence des vols de câbles en cuivre qui, après un vol, sont remplacés par de l'aluminium, matériau moins cher et donc moins convoité. "Ces vols sont démoralisants pour nos équipes et nous travaillons en étroite collaboration avec la police afin que les auteurs ne restent pas impunis", rappelle Infrabel.