Namur Elle arrête la compétition après trente années au top niveau.

C’est une véritable légende de l’athlétisme luxembourgeois qui doit mettre un terme à sa carrière, rattrapée par un corps qui l’a fait souffrir depuis plusieurs mois. En regardant dans le rétroviseur, on y voit une carrière débutée alors qu’elle a dix-huit ans, moment qu’elle choisit pour rejoindre le club de Spa.

"Ma première année a été marquée par un titre de vice-championne francophone de cross et une sixième place au niveau national", explique-t-elle. "Du coup, j’ai obtenu pas mal de sélections pour des compétitions internationales, pour les Jeux de la Francophonie ou encore pour le Mémorial Van Damme."

Sa carrière est lancée et on ne va plus l’arrêter. Après un passage par le RFCL (club liégeois), on la retrouve au sein du club de Bertrix (ACBBS). "Le club est venu me chercher pour que je dispute les interclubs avec eux," précise Nathalie Loubele. "J’étais alors dans la catégorie des Masters et j’ai commencé à disputer des championnats et des Championnats du Monde. J’ai été rejointe par mes enfants, Thimothy et Ange Branders, ce qui a ajouté de la motivation."

C’est à cette époque que sa carrière va prendre une tournure impressionnante puisqu’elle va collectionner les titres mondiaux et européens chez les Masters. Sa longévité impressionne aussi puisqu’on la retrouve tout au long de la saison sur la piste ou dans les labourés.

En 2014, elle suit son fils au club de l’AC Dampicourt mais sa carrière s’arrêtera à peine deux années plus tard. Accablée par une polyarthrite évolutive, courir plus de dix minutes lui est devenu impossible. "On peut toujours avoir des regrets quand on repense à sa carrière de sportif ou de sportive", analyse-t-elle. "Mais au final, le plus important, c’est de conserver les côtés positifs de ce que l’on a vécu tout au long de ces années. Même des différentes blessures que j’ai pu connaître. Aujourd’hui, je n’arrive même plus à courir plus de dix minutes alors, c’est avec mon vélo que je suis ma fille lorsqu’elle s’entraîne."

Voilà en tout cas un des plus beaux palmarès de l’athlétisme qui se referme.