Namur

Après Namur 80, le PTB tire la sonnette d’alarme

NAMUR Le projet de centre commercial dans le quartier de la gare ne fait pas l’unanimité. Il y a quelques jours, l’association d’animation urbaine Namur 80 (qui organise ce vendredi soir une rénion d’information rue Nanon (Mundo) montait au créneau, allant jusqu’à parler de massacre à la tronçonneuse à propos de “la disparition radicale du square Léopold, seul et dernier espace vert du centre-ville avec de nombreux arbres pluri-centenaires”.

Hier, le PTB (Parti du travail de Belgique) a dit tout le mal qu’il pensait de ce projet de centre commercial au square Léopold qui menace le parc du square Léopold mais aussi les commerces du centre-ville et risque de causer des problèmes de mobilité.

Pour le PTB, le parc du square Léopold (58 ares) est un endroit de détente agréable pour les jeunes et les moins jeunes. À deux pas de la gare, il est aussi “un lieu de passage important pour les riverains, les Namurois et même les touristes, sans compter que cet espace vert possède des arbres centenaires voire bicentenaires (ormes, platanes, tilleuls…)” , a commenté Thierry Warmoes, président du PTB Namur.

Le parc du square Léopold est le seul espace vert de l’enceinte historique de Namur, ajoute-t-il.

“La majorité CDH-MR-Écolo de la Ville de Namur veut le sacrifier pour des raisons financières en le cédant au groupe immobilier City Mall pour y construire ce centre commercial. Ce projet va détricoter les commerces du centre-ville. Il y a d’autres possibilités d’étendre le tissu commercial namurois (qui compte 10 % de cellules vides) qu’en créant un centre commercial, un concept qui est en déclin .”

Le PTB déplore en outre que la ville se soit engagée directement avec City Mall “sans faire un appel d’offres . Ce qui me gène, c’est que le promoteur est déjà propriétaire du site avant même que les Namurois puissent donner leur avis ”. Selon le PTB, l’échevin Arnaud Gavroy utilise “des arguments fallacieux pour faire passer son projet”.

Les personnes opposées au projet peuvent déposer leurs réclamations au service urbanisme de la ville jusqu’au 12 janvier. Le PTB, qui a distribué des tracts, tente de récolter un maximum de réclamations contre le projet avant le 13 janvier.



© La Dernière Heure 2012