Le conseil National de Sécurité du 7 octobre 2020 a décidé de la fermeture des cafés, tavernes et buvettes à 23 heures. Il a limité le nombre de personnes autorisées par table à 4 et a rappelé les règles de bases : port du masque par le personnel de salle et de cuisine, port du masque par la clientèle lorsque celle-ci se lève de table pour aller aux sanitaires ou à l’extérieur, clients assis aux tables, service aux tables, pas de service au bar, respect de la distance de 1,5m, mise à disposition de gel hydro-alcoolique, etc…

Les restaurants peuvent, quant à eux, toujours ouvrir jusque 01heure et accueillir des tablées de 10 personnes mais toutes les autres règles restent de mise.

Maxime Prévot, bourgmestre de Namur, indique : "Ce week-end, à ma demande, la Police Namur Capitale a donc effectué de la prévention auprès des cafetiers namurois de 20h30 à 23 heures. Un maximum de contact directs ont été pris avec le personnel et/ou les gérants des établissements. Une cinquantaine d’établissements ont fait l'objet de l’attention de la Police. La plupart des établissements fonctionnaient dans le respect des règles sanitaires. Je m’en réjouis. Quelques infractions ont cependant été repérées et verbalisées. Je m’en réjouis nettement moins. Des différents rapports de police reçus, je relève les infractions suivantes : consommation au comptoir, barmen et clients non masqués, ouvertures tardives (voire très tardive), pas d’usage du masque lors des déplacements, extrême promiscuité, plus de 4 personnes attablées ensemble, parfois jusqu’à 15, mais aussi tenue d’une soirée dansante avec la musique à fond au milieu de la nuit invitant les clients à chanter encore plus fort… et des clients qui estiment que le coronavirus « c’est de la connerie » (sic)."

Le bourgmestre a donc dû sévir : "Au vu de ces différents rapports et conformément à ma prise de position du 8 octobre dernier, consolidée par les propos de la Ministre Fédérale de l’Intérieur, j’ai décidé aussitôt la fermeture temporaire de 6 établissements, prenant cours dès ce lundi et pour des périodes allant de 2 jours à une semaine complète suivant la nature des infractions constatées. Je ne prends personne par surprise. Mon discours a toujours été très clair à ce propos. Les établissements pris en défaut font donc l’objet d’une fermeture intégrale et temporaire."

Et de conclure : "Les chiffres de Sciensano mais aussi de l’Aviq qui nous parviennent chaque jour ne sont pas bons. On nous parle d’un possible re-confinement, d’un couvre-feu aussi, si nous ne modifions pas l’avancée du virus. Tant pour le bien-être physique que psychique, moral ou économique de nos amis, frères, sœurs, parents, collègues, voisins,.. respectons les règles de base et les protocoles édictés par les différentes autorités."