"La justice namuroise s’est montrée très résiliente ces dernières années, certains vont se demander comment nous avons fait pour tenir aussi longtemps dans l’ancien palais."

« Nous allons réaliser un saut de plusieurs siècles dans le temps », a estimé mercredi le procureur du Roi de Namur Vincent Macq à l’issue de la présentation, par la Régie des Bâtiments et la société AG Real Estate du projet du futur palais de justice de Namur aux services judiciaires.

« Ces futures installations offrent de très belles perspectives, on ne peut que se réjouir de ce bol d’air, c’est un soulagement. Vu qu’il est dans l’intérêt financier du promoteur, un partenaire solide, de terminer le bâtiment rapidement, nous sommes d’autant plus confiants. »

Le procureur du Roi poursuit : « Nous allons réaliser un saut de plusieurs siècles dans le temps. Les premiers murs de l’actuel palais de justice datent en effet du 17e siècle. Le rassemblement des différentes juridictions namuroises est un grand plus. Nous allons enfin pouvoir bénéficier de conditions de travail normales, de cellules conformes pour les détenus, de sécurité pour les employés. Notre personnel va découvrir le bien-être au travail dans un bâtiment lumineux et moderne, moins énergivore car passif. La justice namuroise s’est montrée très résiliente ces dernières années, certains vont se demander comment nous avons fait pour tenir aussi longtemps dans l’ancien palais. »

Au sujet des installations dinantaises de la justice, le procureur du Roi explique : « Seule la chaîne pénale va déménager dans le futur palais. Resteront donc à Dinant le civil, l’entreprise, le travail, la famille, la police et la jeunesse. Nous sommes actuellement en contact avec les autorités dinantaises afin d’imaginer une façon de fonctionner. L’idée serait de regrouper ces services, aujourd’hui répartis à Dinant sur 3 sites différents, au sein de l’actuel palais de justice dinantais »

Le futur complexe de 34.600 m² sera construit sur l’ancien site des Casernes Léopold. Les travaux débuteront en septembre 2020 et dureront 36 mois . La Régie des Bâtiments indique : « L’objectif est de livrer l’ensemble de la construction dans les 36 mois suivant l’ordre de commencement des travaux qui devraient débuter en septembre 2020 lors d’une cérémonie de pose de première pierre. » Un contrat de location de 18 ans avec option d’achat sera signé par la Régie des Bâtiments.