Les riverains du terrain où veut s’implanter le salon de Floreffe en 2020 se mobilisent.

On a beaucoup parlé du Salon du vin de Floreffe. Installé historiquement avec la bénédiction de la majorité précédente sur le terrain de football de la commune, il s’y est encore tenu au début du mois. Le voilà aujourd’hui prié d’aller voir ailleurs.

Même si les organisateurs se disent courtisés par des communes avoisinantes, leur première option reste de tenir l’édition 2020 sur un terrain agricole de Floriffoux dont ils se sont portés acquéreurs il y a plusieurs années.

Voilà donc Anne Romainville et Xavier Walraet en train de presser la Ville et la Région de donner l’autorisation pour la tenue de leur événement à cet endroit à l’automne 2020.

Une course qu’ils ne sont pas sûrs de remporter, les riverains se mobilisant pour empêcher leur tranquillité.

Même si Anne Romainville assure que le système de navettes organisé jusqu’ici à Floreffe n’engorgera pas le quartier, les riverains n’y croient pas. "Tout le monde est conscient que beaucoup de clients du Salon du vin tentent de se parquer au plus proche du lieu, et ce afin de faciliter le transport de potentiels achats. Ce nombre important de visiteurs génère bien entendu une importante problématique quant à la mobilité" , craignent des dizaines d’habitants de ce village de l’entité de Floreffe. Un parking sur le terrain même ne résoudrait pas le problème, estiment-ils.

Le terrain situé en zone inondable ne se prêterait pas à une activité de ce genre pour des raisons de sécurité, outre le fait qu’il n’est pas affecté à ce genre d’usage. "Le terrain est situé en zone agricole et ne peut servir qu’à cette fin. Il n’y a pas une seule parcelle constructible" , assure l’ancienne propriétaire de la parcelle.

"De plus, si cette ASBL, qui compte construire des infrastructures durables, a la volonté de louer celles-ci pour d’autres événements, le nombre de week-ends de perturbation pourrait être très important" , souligne Dimitri Lambert, qui gère le groupe Facebook intitulé Contre l’implantation du Salon du vin de Floreffe à Floriffoux.

Les riverains ne se contentent pas d’exprimer leur opposition à la commune, ils fouinent dans un but désintéressé à travers les comptes de l’ ASBL . "Sauf qu’on ne les a jamais trouvés : l’ASBL Saint-Vincent n’a jamais déposé de comptes annuels auprès du greffe du tribunal de commerce." Or, c’est une obligation légale. "Nous ne trouvons pas normal que cette ASBL, dont le but initial était de promouvoir l’image de Floreffe, lui fasse autant de mauvaise publicité" , estiment les riverains.

Voilà les organisateurs du Salon du vin engagés dans un nouveau bras de fer.

M.V.