Namur Samuel Chappel prévoit des nouveautés et contactera la famille Tirtiaux.

C’est en 2016 que l’ASBL NEM et Samuel Chappel ont repris l’organisation de Namur en mai. Le contrat a été renouvelé avec la Ville de Namur pour 5 ans. Avec une subvention adaptée aux exigences tant du public et de la Ville. Et un résultat plus que satisfaisant : tout a tourné comme sur des roulettes lors de cette édition qui a pourtant attiré un nombre de spectateurs record.

Samuel Chappel tient à remercier les 300 bénévoles sans qui cette machine ne tournerait pas aussi bien. "Ils accueillent le public et les artistes, servent à boire aux bars, montent et démontent le matériel… Les festivaliers ont généralement salué l’accueil reçu et c’est grâce aux bénévoles s’ils sont contents", souligne le directeur du festival.

Cette édition a été particulièrement fluide. "Quelques mini-couacs, mais sans grand retentissement. Et contrairement à la rumeur, il n’y a pas eu de début d’incendie. Si nous avons demandé l’intervention des pompiers pour asperger le chapiteau de la place Saint-Aubain, c’est à titre préventif. Il faisait déjà chaud sous le chapiteau et avec la température extérieure, on a voulu éviter un éventuel malaise dans le public", précise-t-il.

L’an prochain aura lieu une édition anniversaire : les 5 ans de l’organisation NEM et surtout les 25 ans de Namur en mai. "On travaille déjà à la prochaine édition. Nous allons aller voir des spectacles un peu partout cet été pour les sélectionner pour l’an prochain."

Les Tirtiaux seront-ils de la partie pour les 25 ans, eux qui ont créé l’événement ? "Un événement doit tenir compte de son histoire, d’autant que la famille Tirtiaux en a fait quelque chose d’extraordinaire. Reste à voir s’ils seront partants ou s’ils ont définitivement tourné la page."