La structure asymétrique de la passerelle rend impossible un éclairage extérieur continu de l'ouvrage.

En février dernier, Maxime Prévot tout le tout Namur découvrait l'éclairage particulier de l'Enjambée. Si l'éclairage nocturne pour les usagers est bien continu sur la passerelle même, celui qui met en valeur la passerelledel'extérieur court pour moitié en amont et pour moitié en aval. Bref, l'Enjambée est à moitié éclairée quel que soit le côté d'où on la regarde, ce qui n'est pas forcément raccord avec les éclarages des ponts situés de part et d'autre.


Un choix qui s'explique par les concepteurs, mais dont les raisons ne sont pas évidentes à première vue. Il s'agit de l'Enjambée. "Quand vous enjambez quelque chose, à un moment donné, la première jambe est en l’air alors que l’autre est encore au sol… Le caisson en acier blanc sur lequel la lumière se réfléchit s’arrête au milieu de la passerelle. Si on voulait changer, cela ne produirait pas le même effet lumineux", avait expliqué Maxime Dessalle, ingénieur du SPW infrastructures et mobilité.

"On va nous prendre pour des rastaquouères", avait estimé le bourgmestre de Namur, en phase avec l'étonnement de ses citoyens. A tel point qu'il avait demandé à la Région Wallonne, propriétaire et commanditaire de l'ouvrage, d'étudier la possibilité de modifier l'éclairage. 'J’ai demandé s’il était encore possible d'avoir un éclairage complet tout au long de la passerelle."


Il a reçu la réponse du SPW ce vendredi. Le Service Public Wallonie a réellement étudié les possibilités. Ses experts ont conclu que ce ne serait pas possible d'ajouter un éclairage supplémentaire en raison de la structure asymétrique de la passerelle. Ce serait pire que mieux. Le bourgmestre de Namur a eu l'air très dépité par cette réponse même s'il ne peut que l'accepter.