En mai 2017, des images pornographiques impliquant de jeunes personnes ont été retrouvées sur l’ordinateur d’un Couvinois. Celui-ci est poursuivi pour détention de documents pédopornographiques mais conteste les faits. Le tribunal tranchera pour le 26 janvier.

Le dossier débute à la suite d’une plainte déposée à l’encontre du prévenu qui aurait commis des faits de mœurs sur un enfant. Cette plainte n’aboutit à rien. Mais une perquisition est néanmoins menée à son domicile. Son matériel informatique est saisi et analysé. Un nombre important de fichiers pornographiques est retrouvé. Pour le parquet de Namur, "on est en présence d’enfants à peine pubère." Impossible de se tromper. D’autant que les policiers qui ont analysé le contenu de l’ordinateur disent que des mots-clés typiques de ce genre d’affaire ont été utilisés lors des recherches. Problème, dans leur PV, ces mêmes policiers ne détaillent pas ces mots-clés. Et indiquent, en guise de conclusion, qu’aucune image avérée pédopornographique n’a été retrouvée.

Une affirmation essentielle pour la défense. "Mon client ne conteste pas les recherches pornographiques. Mais cela n’est pas pénalement répréhensible. La notion d’âge est quelque chose de difficile et relatif. Sur ces plateformes pornographiques, on peut retrouver des fichiers impliquant des gens tout juste majeurs. Mais vous savez, quand j’avais 18 ans, on m’en donnait 15. Ce sont par ailleurs des spécialistes qui ont analysé l’ordinateur. Ils indiquent qu’il n’y a aucune image pédopornographique avérée. J’ai le sentiment qu’on les prend pour des amateurs", indique la défense qui plaide l’acquittement.