Olivier (prénom d’emprunt), né en 1981, a reconnu tout ce qui lui était reproché le 25 octobre devant le tribunal dans le cadre d’un dossier de violences conjugales

A Jemeppe-sur-Sambre en mai 2018, il a frappé sa compagne, avant de recommencer en avril 2019, entraînant une incapacité de 8 jours dans le chef de celle-ci. Le prévenu avait pourtant déjà été condamné à une peine d’un an de prison pour des coups sur conjoint en 2016, en plus d’antécédents en matière de coups ou de rébellion. " Je reconnais tout. C’était une période difficile, on a connu 4 décès en 3 ans. Mais ce n’est pas une raison, je n’ai pas d’excuse. L’alcool est un gros problème chez moi, je veux me faire mettre un implant pour m’aider à lutter contre cela. Quand on boit, on est con. J’ai suivi une formation Praxis pour les auteurs de violences conjugales, j’ai été voir un psychologue, je cherche du boulot », expliquait-il.

Ce lundi matin, le tribunal lui a accordé une peine de probation autonome de trois ans et dix-huit mois de prison en cas d’inexécution.