Avec le seul service en terrasse ou à l’intérieur des établissements, les cafetiers ont évidemment dû adapter leur carte et leurs commandes. "Habituellement, on commande des palettes de bouteille de pèkèts. Cette année, c’est plutôt des cartons", rigole Karim Ouaslati, du Havana ; Havana Lounge et de La Piazza. "En plus du nature et de la couille de signe, on a la violette, pomme et cuberdon. Les classiques. Ce jeudi, on a quand même vendu pas mal de pèkèts", reconnaît-il.

Même s’il n’y a pas de bar extérieur ni de musique, les cafetiers ont voulu jouer le jeu en proposant un minimum de produits typiques des Fêtes de Wallonie. "On a sept goûts : cuberdon, spéculoos, citron, woodberries, pomme, violette et pomme. Les commandes sont faites et sont là. On compte profiter d’un beau week-end mais pas d’un week-end de Wallos. Au niveau des commandes, on est à un tiers de ce qu’on demande une année normale de Fêtes de Wallonie. On a pris un peu de stock pour ne pas être sans rien. C’est un peu plus qu’un week-end classique", estime Simon De Fays, des Poules à lier. Comme le confirme également Mathieu Vanbel, du Petit Bitu, qui tentera de conserver un maximum la clientèle à l’intérieur de son établissement vu la petite terrasse dont il dispose "Niveau goûts et quantités, on a deux fois moins que d’habitude."

Même topo à l’Extérieur nuit où la carte classique du café est proposée. "Pour les Wallos, on propose de la poire cognac, du zizi coin-coin coin, et des pèkèts violette, couille de singe, cuberdon et prune."

La vente de produits de bouche est également interdite cette année. Pas de tartiflette, de djote ou encore d’avisance en pleine rue. Certains restaurants ont par contre choisi d’adapter leur carte en proposant ces plats à l’occasion de ce week-end de "festivités.".