La réflexion est en cours à la Croix-Rouge. La décision est attendue pour octobre

Le centre d’accueil pour demandeurs d’asile, ouvert en urgence en novembre 2015 au camp Bastin à Stockem (Arlon), devrait devenir pérenne.

"Une réflexion globale est en cours afin de restructurer les centres et de revoir la répartition des places d’accueil au sein de ceux-ci pour 2018, explique Billy Jungling, directeur du département accueil des demandeurs d’asile à la Croix-Rouge. Il est envisagé, en effet, de pérenniser le centre Visages du monde car il s’agit d’une structure de base entièrement rénovée, qui appartient à l’État. La convention conclue, lors de l’ouverture, n’était pas à durée indéterminée. Elle avait été établie pour une période renouvelable de trois mois."

La capacité d’accueil, d’abord fixée à 970 personnes, a progressivement été revue à la baisse. Dans la nouvelle convention, qui devrait être signée en octobre, elle ne dépassera pas 400. "Les incidents du début s’expliquaient par l’arrivée massive de demandeurs d’asile, rappelle Roger Martinez, le directeur. Depuis que la capacité a été réduite de plus de la moitié, nous ne rencontrons plus ce genre de problème. Actuellement, nous hébergeons 320 résidents de 30 nationalités dont 33 % d’Afghans. La plupart sont des familles avec enfants. Nous faisons régulièrement appel à des bénévoles. Nous pouvons compter sur 200 personnes."

Le personnel qui se composait, il y a deux ans, de 73 salariés a, lui aussi, fluctué. Le 30 juin 2016, 30 personnes ont été licenciées. "Si, comme nous l’espérons, le centre s’inscrit dans la durée, les 45 salariés occupés sur le site conserveront leur emploi, continue Roger Martinez. Quant à l’armée, elle a collaboré avec nous pendant un mois jusqu’au 18 décembre 2015. Depuis, on s’entraide beaucoup. Les échanges sont nombreux. Les militaires nous invitent aux activités. Les relations avec eux sont excellentes."

Ce samedi 23 septembre, la Croix-Rouge organise une journée portes ouvertes, de 14 h à 20 h, avec visites guidées, expo photo, campagne Enfance en exil, concerts et repas multiculturel.

Nadia Lallemant