Un homme interpellé en août 2019 avec 51 pilules de MDMA, 50 grammes de kétamine et un peu de cannabis contestait vendre ces produits. “Les seules déclarations qui laissent penser qu’il aurait vendu de la drogue, sont celles de son ex-compagne, avec qui il était en dispute à l’époque. C’est parole contre parole et dans ce cas le doute doit bénéficier au prévenu. Il travaille aujourd’hui comme voiturier et s’est repris en main.”

La justice l’avait pourtant condamné par défaut pour ces faits à 18 mois et 1000€ d’amende, estimant qu’il avait vendu ces drogues pendant un an.

Ce lundi matin, sur opposition, le jugement a été revu à la baisse puisque le prévenu a écopé d’une peine de travail de 80h, ou huit mois de prison en cas d’inexécution, et de 1000€ d’amende.