Une amende de 1.600 euros a été requise, ce lundi matin par le parquet de Namur, à l’encontre d’un sexagénaire poursuivi pour avoir nourri du grand gibier, le 17 décembre 2019, à Viroinval. "Nourrir du grand gibier, dans ce cas-ci des sangliers, est interdit sauf sous certaines exceptions dans lesquelles monsieur n’entrait pas", indique le parquet de Namur.

Ce jour-là vers 16h10, quatre agents du DNF en observation disent avoir aperçu le prévenu roder dans le bois. "Ils l’ont vu plusieurs fois dans ce périmètre, il était seul. Du maïs, des céréales et des pommes de pin venaient d’être répandus. La poussière était encore sèche sur ces aliments alors que le vent était humide à cette période de l’année. Cela confirme que la nourriture venait d’être déposée", précise le ministère public qui, grâce à ce faisceau d’indices, estime que le prévenu a bien commis les faits.

Mais ce dernier, lui, conteste tout. Il a déjà nourri des sangliers, mais sur un autre triage où il en avait l’autorisation et dans le respect du cadre légal. À Viroinval, le territoire de la chasse fait 2000Ha et est divisé en plusieurs secteurs. Et il existe un conflit au sujet de l’entretien des chasses à cet endroit. Les 104m de céréales trouvés le 17 décembre, ce n’est pas lui, affirme-t-il. Épaulé par son avocat. "Les agents du DNF disent avoir vu plusieurs fois monsieur, il n’y a aucune photo. Ils ne l’ont même pas intercepté pour vérifier son véhicule. Enfin, le verbalisant a été responsable de ce triage pendant 27 ans." Jugement le 12 septembre.