Plus d'une vingtaine de lignes ferroviaires étaient encore touchées vendredi matin par des coupures de circulation liées aux intempéries, a informé vendredi matin le gestionnaire de l'infrastructure ferroviaire Infrabel. Alors que les ingénieurs doivent inspecter les infrastructures sous le coup de torrents et de coulées de boue, les réparations pourraient prendre des semaines. La ligne reliant Charleroi-Sud à Couvin (L.132/L.134) et  à Namur (L130) est impactée, tout comme la ligne entre Fleurus et Auvelais (L147).

En province de Liège, des perturbations sont enregistrées  sur les lignes Namur - Liège-Guillemins (L125), Liège-Guillemins - Bomal (L43), Rivage - Gouvy (L42).

Les dessertes ferroviaires en provinces de Namur, Luxembourg et Brabant wallon restent aussi concernées par des coupures de circulation liées aux intempéries, à savoir sur les lignes entre Gembloux et Jemeppe-sur-Sambre (L144), Ottignies et Gembloux (161), Gembloux et Namur (161), Rochefort-Jemelle et Libramont (L162), Bomal et Marloie (L43), Namur et Dinant (L.154), Dinant et Bertrix (L.166), Namur et Marloie (L.162).

Le gestionnaire du réseau ferroviaire belge estime que "plusieurs semaines" seront nécessaires pour la réparation de certaines infrastructures endommagées par les inondations et intempéries, selon de premières prévisions.

"Trois jours après le début des inondations qui ont touché la Wallonie, Infrabel n'est pas encore en mesure d'évaluer avec précision l'ampleur des dégâts car certaines zones sinistrées sont difficilement accessibles", explique le gestionnaire sur son site internet vendredi matin.

L'infrastructure doit être inspectée en détails, les ingénieurs doivent en effet vérifier "la stabilité des voies et des ponts, tunnels, aqueducs qui ont pu être fragilisés par les torrents d'eau et les coulées de boue", conclut Infrabel.