Namur

Le MR de Sambreville invite à une conférence ayant pour thème "Climat, les enjeux politiques d’un débat de société" le 7 mai prochain. Normal en cette période d’élection.

Ce qui l’est moins, c’est qu’une partie des invitations a été envoyée par un membre du personnel de la société de logements publics Sambr’habitat à partir d’un mail professionnel et avec le logo de la dite société, à la demande de Francine Duchêne, conseillère communale. Contactée, cette dernière ne voit là rien d’extraordinaire : "Je voulais inviter les membres du conseil d’administration à cette manifestation et je ne possédais pas leur adresse, j’ai donc demandé à une membre du personnel de le faire à ma place. On ne va quand même pas chicaner sur le peu de temps qu’elle a passé à cette tâche".

Ce n’est pas une question de temps mais de principe. Après les scandales révélés dernièrement, on aurait pu croire que de telles pratiques n’avaient plus droit de cité mais apparemment, il n’en n’est rien. Cerise sur le gâteau, certains continuent à considérer de telles pratiques comme normales. "Je ne vois pas pourquoi vous devriez écrire un article là-dessus, il n’y a absolument rien d’anormal, j’ai quand même le droit d’inviter des gens à une manifestation que nous organisons".

Et la conseillère poursuit : "Pour une bêtise comme celle-là, vous réagissez. Mais quand, lors de la cavalcade, Luperto place tous les candidats socialistes au premier rang et les conseillers communaux ou les personnalités des autres partis à l’arrière, vous ne dites rien…"

C’est vrai, on n’a rien dit. Parce qu’on n’a pas constaté de visu ce que Francine Duchène dénonce. Peut-être aussi parce que dans ce cas précis, on aurait pu croire les personnes s’estimant lésées assez adultes pour réagir sur place.