Namur

Le corps de la maman a été retrouvé dans l'étang vers 15 h, confirme le parquet de Namur. C'est un plongeur qui a fait la découverte, à l'endroit où s'est déroulée la scène et où la maman se situait quand elle a été perdue de vue. Le corps a  été extrait de l'eau et le périmètre de sécurité mis en place au parc a été levé vers 16h45. Le processus officiel d'identification va débuter, avec notamment un examen externe qui devait être réalisé par un légiste mardi soir. 

 Les forces de police, la cellule disparition, les pompiers de la zone Nage (Namur, Andenne, Gembloux, Eghezée) et les équipes de la protection civile poursuivent leurs recherches ce mardi aux abords de l'étang du parc Louise Marie à Namur. Un canot, un maître chien et un sonar sont notamment utilisés pour fouiller l’étang, fort boueux et par endroits profond d’environ 4 mètres. Le parquet a indiqué qu'une enquête pour triple tentative d'assassinat avait été ouverte. Les témoins de la scène ont été auditionnés mardi dans la journée

La porte-parole du parquet de Namur, le substitut Charlotte Fosseur est revenue sur les faits. « Il était environ 19 h quand 2 jeunes circulant à pied rue Rempart de la Vierge ont entendu un enfant crier après sa maman. Ils se sont alors approchés de l’étang du parc Louise Marie. Ils ont vu un enfant, le plus âgé, sur le bord de l’étang, un enfant seul dans l’eau semblant inanimé et un troisième dans l’eau dans les bras de sa mère. Un des jeunes a plongé pour ramener le premier enfant. Il est retourné vers l’adulte qui avait l’enfant dans ses bras pour les secourir, mais la maman ne voulait pas d’aide et ne voulait pas rejoindre le bord. Le jeune a alors ramené le second enfant et quand il s’est retourné, la dame n’était plus là. »

 « Les 3 enfants, âgés de 3, 4 et 6 ans vont bien. L’un d’entre eux était inanimé quand on l’a sorti de l’eau mais un témoin lui a prodigué un massage cardiaque. Ses jours ne sont aujourd’hui plus en danger. Ils sont hospitalisés et ont été pris en charge par des membres de la famille qui se sont manifestés. La famille, les enfants étaient bien à la charge de la mère, est originaire de Jodoigne. Le papa est radié d’office et n’a donc plus de domicile. » 

La mère avait-elle des antécédents ou a-t-elle laissé un mot pour expliquer son acte ? Le parquet ne communique pas ces éléments à ce stade. Dans le cadre de l’affaire et de ses suites, la section jeunesse du parquet de Namur a pris contact avec celle du Brabant wallon.

© D.R.