Une première dans une école wallonne : les élèves se font apiculteurs et récolteront leur miel

CHAMPION L’heure était à l’effervescence, hier, à l’institut de la Providence de Champion, qui a inauguré ses quatre ruches didactiques. À quelques encablures de la rentrée, l’institut héberge ainsi 100.000 élèves supplémentaires, comme le note avec humour le directeur, Olaf Mertens.

Un projet né en 2010, année de la biodiversité, dans le cadre du cours d’activité scientifique en 1 re et 2 e secondaire de Mme Loecx.

“Comme j’avais la chance d’avoir une collègue apicultrice, Marie Jouniaux, je lui ai demandé de venir en classe avec son matériel d’apiculture ainsi qu’avec une ruche vitrée afin qu’elle puisse expliquer sa passion à mes élèves. Ceux-ci ont été très attentifs et enthousiastes”, indique le professeur et coordinateur du projet.

L’idée a alors germé d’aménager des ruches à l’école afin de pouvoir observer plus régulièrement les colonies d’abeilles et suivre les différentes tâches de l’apiculteur.

Contact a été pris avec un apiculteur professionnel, Robert Lequeux, pour placer deux ruches à l’école. Il a fallu prévoir des tenues de protection pour chaque élève. “Ce matériel étant onéreux, nous avons fait appel à BelRTL dans le cadre de l’émission RTL va vous aider et nous avons reçu sept tenues. L’association de parents de l’école a offert les tenues manquantes (à savoir 26 tenues complètes : gants et vestes avec chapeau).”

L’aventure ne faisait que commencer ! “Nous avons construit un rucher chalet grâce auquel les élèves plus peureux et ceux qui sont allergiques aux piqûres d’abeilles peuvent sans problème observer les abeilles ainsi que le travail de l’apiculteur. Pour ce faire, l’institut a répondu à différents appels à projets lancés par la Communauté française (notamment celui du ministre Nollet) afin d’obtenir des subsides pour construire le chalet et acquérir nos propres abeilles.”

Contact a été noué également avec l’échevin de l’Environnement, Alain Detry, qui a offert deux ruches complètes, un extracteur de miel, deux maturateurs ainsi que du matériel pour extraire le miel. Enfin, l’école a fait appel à l’Iata, qui possède une section menuiserie, pour réaliser le chalet.



© La Dernière Heure 2012