Namur

Le domaine provincial a reçu un subside de 240.000€ pour une nouvelle infrastructure. Des chevreaux et agneaux y sont nés.

On est content, au domaine provincial de Chevetogne: "Nous avons reçu une décision de subvention du Ministre de 240.000 euros pour une infrastructure à réaliser dans les prochains mois. Cette bonne nouvelle nous est parvenue le 23 décembre !"

L’actuel canal de béton en aval du deuxième étang sera remplacé par un nouvel aménagement paysager des berges qui seront re-naturalisées sur toute leur longueur.

© DR

"Ces travaux environnementaux visant à redonner vie à la rivière seront menés en collaboration avec la cellule «cours d’eau» de la Province, spécialiste de la biodiversité rivulaire (des rives). De plus, le vieux pont en béton du piétonnier fera place à un magnifique pont couvert en bois qui permettra une «pause» sur le sentier PMR. Ce nouveau pont, inspiré des ponts classiques des parcs anglais nous l’appellerons «Les Arcades du Cinquantenaire» pour commémorer le cinquantième anniversaire de la création du Parc de Chevetogne cette année 2019", souligne le domaine provincial.

© DR

Par ailleurs, la ferme des petits a elle aussi accueilli du renouveau dernièrement. deux chevreaux ont vu le jour durant les vacances et gambadent désormais gaiement auprès de leur maman qui se porte à merveille. Les moutons d'Ouessant ont eux aussi agrandi la famille avec 3 agneaux bondissants.

© DR

"Nos petits animaux de la ferme mettent bas durant cette période hivernale sous l’œil attentif de Michel, agent technique et de nos gardes. Chaque jour, ils passent remettre foin et picotin et observent les animaux pour vérifier que tout se passe bien. Nous laissons toutefois faire la nature" tant que possible et n'intervenons que lorsque la mise bas se présente mal, précise le domaine.

© DR

Les chèvres et moutons du Domaine restent toute l'année à la mini-ferme. Passez les saluer lors de votre promenade et n'hésitez pas à emporter avec vous des petits morceaux de pain sec ou de fruits et légumes non traités. Ces friandises sont toutefois à donner avec parcimonie, leur régime alimentaire devant rester majoritairement végétal

© DR

© DR