L’homme d’affaires a déjà racheté plusieurs sociétés, dont Durbuy Adventure. Il convoite encore de nombreux terrains.

Le milliardaire ostendais Marc Coucke nourrit de grandes ambitions pour Durbuy. Le rachat de Durbuy Adventure et de la société La Petite Merveille auquel il a procédé cette année augure un projet important. L’homme d’affaires flamand dit vouloir y développer un parc d’attractions estampillé " nature " ainsi qu’un musée d’Art moderne, mais les détails de l’opération restent un mystère. Au point de susciter l’inquiétude parmi une frange de la population, qui s’inquiète du manque de communication entourant les projets du milliardaire.

Mercredi soir , des dizaines de citoyens s’étaient rassemblés pour assister au conseil communal, au cours duquel un point relatif à la demande d’acquisition de plusieurs terrains par la société de Marc Coucke - une centaine d’hectares de forêts, une vingtaine d’hectares de prairies - devait être abordé en huis-clos. "On a rarement vu la salle du conseil aussi pleine", constate une conseillère communale.

Le point a finalement été présenté en séance publique. "Nous avons eu des contacts avec le DNF et Natura 2000. Tout sera décidé en concertation avec les acteurs de terrain et nous déciderons à chaque fois des concrétisations", souligne le bourgmestre, Philippe Bontemps. "Les terrains forestiers concernés par la demande d’acquisition étant repris au réseau Natura 2000, seules des activités compatibles pourront y être développées : aucune construction ni aménagement en dur ne pourra y être installé. Cela ne devrait pas constituer une contrainte pour Marc Coucke puisque son projet porte sur un parc "aventures ".

Concernant les questions de mobilité, le bourgmestre précise que "rien ne sera autorisé avant d’avoir réglé la problématique de parking en amont. C’est un projet qui va se concrétiser sur plusieurs années".

S’il alimente des craintes, le projet de Marc Coucke génère aussi de nombreux espoirs. "Ces investissements sont susceptibles de créer de nombreux emplois locaux. À l’heure d’aujourd’hui, ils ont déjà augmenté. Le projet a par ailleurs permis de sauver une société - Durbuy Adventure - dans laquelle il fallait réinjecter des capitaux."

Pour le reste, le collège laisse le soin au privé de communiquer plus en détail sur les investissements qui seront réalisés.