L’organisateur des randonnues doit répondre de faits d’outrage public aux bonnes mœurs.

Paul Dupré, organisateur des randonnues entre 2009 et 2010 à Florenville, doit répondre d’outrage public aux bonnes mœurs lors des randonnues et pour avoir diffusé des photos de femmes dénudées. Des clichés pris en 2009 à Arlon pendant la journée tantôt sur la place Léopold, dans des églises, devant la vitrine de magasins, dans des stations-services, sur la devanture d’un glacier.

Des photos que le parquet qualifie de "scatologiques et pornographiques. On y voit des dames le sexe béant dans des lieux publics. On ne peut pas considérer cela comme des photos artistiques. Je ne pense pas être la seule à avoir été choquée. Les faits ne se limitent pas à un relent de pudibonderie de ma part", estime la substitut Patricia Devaux, requérant six mois de prison à l’encontre de Paul Dupré.

Une vision du dossier que ne partage évidemment pas l’avocat du prévenu, absent ce mercredi à l’audience. Pour ce dernier, il ne faut pas confondre l’homme à la personnalité fantasque, et les faits qui lui sont reprochés. "Les deux préventions touchent aux mœurs. La jurisprudence a évolué, les comportements ont évolués. Il suffit de regarder certaines émissions de télévision", développe d’emblée Me Joël Baudouin.

En ce qui concerne les images diffusées, la défense estime qu’il ne s’agit pas de bestialité ni de sadomasochisme. "Certains photographes connus se sont fait un nom dans l’art en prenant des photos de nus", argumente l’avocat.

Quant aux randonnues, là aussi ce dernier estime qu’il n’y a rien de choquant. Citant l’exemple de Barcelone et de Berlin. "Il est possible de s’y promener nu sans y être poursuivi. Cela n’en fait pas une population dépravée."

Le tribunal doit conserver une bonne analyse des faits. "Vous devrez voir si mon client a voulu choquer les gens. Y a-t-il eu exhibition dans un cadre sexuel ? Non ! Ils pique-niquent dans la forêt ardennaise", conclut Me Baudoin, sollicitant l’acquittement de son client. Jugement le 10 décembre.