Namur Après avoir bossé dans l’événementiel, Denis Morsomme ouvre une microferme.

Le Bastognard Denis Mosromme a changé de cap. Après avoir notamment travaillé dans l’événementiel, il a décidé de devenir agriculteur. Il est plus exactement maraîcher et a ouvert à Bastogne la microferme du Ponceret. Le Ponceret, c’est le lieu-dit situé à la sortie de la Nuts City en direction de Wiltz. Et microferme parce qu’il s’agit bien d’agriculture mais sur un peu plus de trois hectares seulement. Dont une serre de 2.000 m² qui est le cœur de l’activité.

"J’ai toujours eu envie d’une activité agricole. Je me disais que, pensionné, j’aurais une petite ferme. J’ai repris des cours du soir et suivi des stages. J’ai aussi travaillé un mois dans une ferme, ce qui m’a permis de me rendre compte qu’il ne fallait pas attendre 65 ans pour se lancer. Quand nos enfants sont nés, nous avons fait beaucoup plus attention à notre alimentation."

La réflexion s’est accélérée et la serre est née. "Dans la région de Bastogne, on cultive peu ou pas de légumes. La raison est très simple, il fait trop froid. D’où l’idée d’une serre chauffée." La technique utilisée génère du carbone, une sorte de charbon de bois qui sert d’amendement et amplifie la vie bactérienne dans le sol.

"La serre est chauffée mais par une technologie de pyrolyse qui entraîne un impact environnemental positif", assure le Bastognard. "Grâce à une serre chauffée, on peut produire des légumes pendant une bonne partie de l’année. L’objectif est d’étendre les saisons, pas de produire des tomates toute l’année."

C’est donc environ huit mois sur douze que l’on pourra se fournir en légumes locaux et bio. Actuellement, Denis Morsomme propose plusieurs variétés de tomates, des courgettes, concombres, salades, radis… Des légumes ultra frais puisqu’ils sont cueillis au fur et à mesure, au meilleur moment de leur maturité.

En partenariat avec d’autres producteurs locaux, la microferme du Ponceret vend aussi de la viande de porc et de bœuf, des laitages, des œufs, du pain… Le point de vente est au cœur de la serre. "Ce qui est important, c’est de recréer le contact avec les consommateurs. C’est ça qui a du sens."