Dans un communiqué, les élus communaux et provinciaux du parti Défi de la province de Namur rappellent que la réforme de la Province de Namur était prévue dans la déclaration politique générale de 2019 - 2024 de la Région.

Mais, disent-ils, "il semble opportun de se repencher sur la composition de la majorité régionale et l’hypocrisie qui existe dans ce dossier".

Selon eux, "mise au dos du mur par la Région, l’autorité provinciale namuroise n’a pas eu d’autres choix que de mettre en branle un nombre impressionnant de mesures afin de dégager les millions d’euros nécessaires pour répondre à l’obligation régionale de prise en charge des contributions communales aux zones de secours".

Pour les élus du parti amarante, comme d’habitude, une autorité supérieure prend une décision unilatérale sans en assurer le financement complet. "Cette façon de procéder n’est pas nouvelle,, qu’elle soit imposée par l’autorité fédérale ou régionale, mais une chose est claire, ça doit cesser, de nombreux pouvoirs locaux s’étant retrouvés dans le rouge en raison de cette façon de procéder." Dès lors, exigent les élus, qui prend les décisions doit les assumer financièrement.

Marc Laloux, Monique Félix, Patrick Pynnaert et consorts trouvent la situation particulièrement interpellante : "Il ne faut pas se leurrer, les mesures prises par la Province de Namur auront un impact sur les communes. D’une part, une économie sera effectivement réalisée par la prise en charge d’une partie des contributions communales aux zones de secours, mais à côté de cela, nul ne parle de l’impact des mesures prises sur les pouvoirs locaux, les communes."

"Nous ne sommes pas dupes, disent-ils. Ce qui est donné d’une main sera repris par l’autre ! La pierre ne doit pas être jetée aux Provinces mais au pouvoir régional et aux partis qui composent sa majorité. Nous ne pouvons qu’exhorter les autorités provinciales ‘wallonnes’ à faire bloc et à exiger un financement complet des mesures décidées par la Région. Certains partis sont présents à la fois au niveau régional et dans des exécutifs provinciaux, mais soyons pragmatiques, partons dans l’idée qu’ils roulent pour la défense des finances provinciales et pas les partis. L’opération doit être blanche pour tout le monde, la Province, le personnel provincial et les pouvoirs locaux."

Ont co-signé le communiqué:

  • Olivier TRIPS -1er échevin FLOREFFE
  • Cédric DUQUET –4ème échevin FLOREFFE
  • Philippe HERMAND -Conseiller et Président du conseil communal FLOREFFE
  • Stéphanie STROOBANTS -conseillère communale FLOREFFE
  • Marc LALOUX -conseiller communal SOMBREFFE
  • Monique FELIX -conseillère communale SAMBREVILLE
  • Philippe KERBUSCH -conseiller communal SAMBREVILLE
  • Patrick PYNNAERT –c onseiller provincial
  • Christine-Marie RONDEAUX –conseillère de CPAS FLOREFFE
  • André MASEREEL –conseiller de CPAS FLOREFFE