L’Université de Namur est prête pour la rentrée. En code jaune, Covid oblige, mais avec la volonté de faire passer le bateau sans trop de dégâts et de déployer toute la capacité d’organisation de l’institution, explique le recteur Naji Habra.

La règle principale dans l’organisation des cours est le présentiel mais limité à 75 % du nombre maximum d’étudiants admis sur le site. Avec des variantes, d’une faculté à l’autre et un présentiel total pour les travaux pratiques qui se feront avec masque et visière et, pour les cours à forte fréquentation, la possibilité d’organiser un système de duplex.

Le port du masque est obligatoire sur tout le campus, pour tout le monde, des distributeurs de gel sont disposés dans tous les bâtiments, des sens de circulation sont instaurés. Le nettoyage des salles de cours, des auditoires, des laboratoires, bureaux et espaces communs est renforcé et chaque étudiant, comme les membres du personnel, va recevoir un "Covid Pack" contenant un masque, une solution désinfectante ainsi que des lingettes réutilisables. Enfin, des stewards seront présents pour sensibiliser au respect des règles sanitaires.

Permettre les activités académiques

La volonté de l’Université est de s’engager au côté des collectifs pour qu’ils puissent mener à bien leurs missions d’animation du campus dans les conditions actuelles. La concertation et les échanges avec les étudiants ont été privilégiés. Les cercles pourront ouvrir mais avec des horaires limités, par contre les soirées dansantes sont interdites. Ça roule pour les activités sportives, les conférences et représentations diverses, en tenant compte des règles sanitaires. Le resto universitaire a ouvert ses portes dans les mêmes conditions. Enfin, les baptêmes, qui ne sont pas du ressort de l’université : les organisateurs sont invités à les postposer au deuxième quadrimestre, si les conditions sanitaires le permettent.

Tutor’Age ! pour les jeunes étudiants

Les étudiants ne sont pas restés inactifs non plus ces derniers temps. La preuve avec l’outil Tutor’Age ! développé par l’assemblée générale, en partenariat avec l’UNamur et qui offre la possibilité de participer à un tout nouveau programme d’accueil.

En bref, des étudiants qui ont validé plus de 45 crédits du premier bloc accompagnent trois ou quatre nouveaux étudiants tout au long de leur première année.

Le but est de répondre aux mille et une questions que se posent les nouveaux inscrits, principalement sur les différents aspects de la vie sur le campus : comment gérer sa vie para-académique, comment aborder un blocus, etc. Le but est aussi d’offrir une approche moins formelle et plus personnalisée aux étudiants, grâce aux conseils et avis précieux de "tuteurs" qui auront suivi une formation spécifique de deux heures donnée par le coordinateur pédagogique de leur faculté.

Avantages pour le pupille : il établit un contact privilégié avec un étudiant plus expérimenté, il est incité ainsi à poser ses questions et à demander de l’aide si nécessaire et il fait l’apprentissage des trucs et astuces de sa faculté.

"Il y a la crise sanitaire mais on a des projets !"

La crise sanitaire n’empêche pas le développement de nouveaux projets pour mieux répondre encore aux besoins de la société de demain.

L’UNamur a ainsi créé un nouveau master en sciences pharmaceutiques en codiplomation avec l’UCLouvain. Un nouveau bachelier en sciences informatiques, co-organisé avec la Haute École du Hainaut est de même lancé à Charleroi.

La faculté de médecine renforce encore sa qualité de formation en intégrant davantage de cours liés directement à la médecine, dès la première année.

Un master en "Moléculaire microbiology", unique en Europe, démarre aussi…