A la petite école Sainte-Marie de Suarlée, ce sont environ 120 élèves qui ont fait leur rentrée en maternelle et en primaire ce mardi. Les enfants étaient aussi excités et réjouis que d'habitude, mais les parents adultes étaient bien moins nombreux que les autres années.

Ici, la directrice a balisé ce grand jour en amont en supprimant le discours traditionnel de bienvenue et en demandant aux parents de ne pas s’attarder dans la cour pour éviter les rassemblements. Mais ceux-ci ont tout de même pu accompagner leurs enfants en classe, par bulles, dans le calme.

“Tant au niveau des mesures sanitaires que du projet pédagogique, on a préparé la rentrée depuis un moment pour qu’elle se passe de manière presque normale”, explique Sarah Balthazart, responsable des implantations Sainte-Marie de Suarlée et de Flawinne.

© Swijsen

“Certains parents ont appelé dans les jours qui précèdent avec des questions, mais pas vraiment d’inquiétude. Une seule personne était inquiète par rapport au retour d’une zone rouge ou orange. J’ai bien vérifié les informations et circulaires afin de lui répondre et de la rassurer quant à sa situation”, précise celle qui se réjouit de voir l’école vivre à nouveau.

“Tant l’équipe pédagogique que moi sommes heureux que tous les enfants puissent reprendre le chemin de l’école. cela aurait été compliqué de revivre la situation du mois de mai dernier avec des classes séparées.”

Concernant les mesures sanitaires, les adaptations ont été minimes. “Nous avons bien entendu fourni suffisamment de gel hydroalcoolique et de désinfectant pour les surfaces, nous avons remplacé les essuies lavables par des serviettes jetables à côté des éviers, nous avons intensifié les consignes de lavage de mains. Mais l’école a la chance de bénéficier de nombreux sanitaires. Nous n’avons spas dû en ajouter comme d’autres établissements”.

© Swijsen

A l'intérieur des classes, l'excitation est de mise. certains enfants ne sont pas revenus à l'école depuis l'interruption de mars. D'autres oui, mais n'ont pas gardé le rythme. Dans la classe de Madame Françoise, chez les hérissons, c’est l’effervescence. Les enfants de première année primaire font le grand saut aux côtés des anciens qui passent en deuxième, mais restent dans la même classe mixte. Il s’agit dans la même demi-heure de faire respecter les mesures sanitaires aux parents, d’accueillir les enfants chaleureusement, de leur indiquer leur place en classe, de les délester de leurs classeurs et autres affaires, de leur expliquer le fonctionnement de la classe, le tout derrière un masque cachant le sourire.

"C'est clair que la rentrée est particulière et que les enjeux sont multiples, mais je pense que tout le monde est heureux de reprendre donc ça se passera au mieux", rassure la directrice tandis que certains parents affichent des mines un peu plus réjouies que les autres années. "On les adore, mais quel soulagement: on va enfin pouvoir retravailler plus normalement", conclut ce papa qui jongle le télétravail et ses petites filles depuis de longs mois.