La mise sous tutelle par l’Union nationale des mutualités socialistes est mal acceptée

SAINT-HUBERT Les Mutualités socialistes du Luxembourg sont mises sous la tutelle de l’Union nationale des mutualités socialistes (UNMS), et ce pour une durée de six mois.

La décision a été prise la semaine dernière par le conseil d’administration. “Dans le souci d’une meilleure gouvernance avec l’Union nationale, nous avons mis en place des dispositions pour clarifier et optimaliser les relations avec chacune des Mutualités. Dans le Luxembourg, elles n’ont pas voulu signer les documents ”, indique Jean-Pascal Labille, secrétaire général de l’UNMS. Concrètement, rien ne change pour les affiliés, mais cette mesure a pour conséquence directe d’ôter tout pouvoir de décision aux instances dirigeantes du Luxembourg. Dans le même temps, l’UNMS a débarqué le secrétaire général, Jacques Devillers.

Avec les nouvelles conventions entre les Mutualités et l’UNMS, les Luxembourgeois redoutent une perte d’autonomie. “Il n’existe aucune volonté centralisatrice. Au contraire, les entités garderont leur autonomie” , précise Jean-Pascal Labille. Le conseil d’administration des Mutualités luxembourgeoises a tenu à s’exprimer. Il souligne la gestion remarquable de Jacques Devillers et lui apporte son soutien. Pour le fond du problème, le CA dénonce “des décisions prises à la hussarde par l’Union nationale, dans des conditions qui causent préjudice à la Mutualité et ses affiliés” .

Les Luxembourgeois n’ont pas l’intention de rester les bras croisés. Un recours en extrême urgence a été introduit au conseil d’Etat, pour demander la suspension et l’annulation de la mise sous tutelle.

Une autre procédure judiciaire est également en cours, et vise les conventions à passer entre les deux parties. Le CA constate que les Mutualités luxembourgeoises n’étaient pas opposées à signer des documents : “Nous avions émis diverses remarques d’ordre juridique auxquelles l’UNMS n’a pas répondu”.



© La Dernière Heure 2012