Namur Un promoteur veut y construire 5 000 m2 de logements et 1 000 m2 de commerces avec une place publique végétalisée.

Cela ne fait que quelques mois que les services de BNP (ex-Fortis) ont déménagé. Et chacun se demande ce qui va prendre la place de ce bâtiment abritant en coeur de ville 5 000 mètres carrés de bureaux.

Le promoteur Diversis sort du bois et présente son projet pour lequel une demande de permis d’urbanisme sera déposée cet été. Il s’agit d’un très gros projet de 20 millions d’euros, voire davantage qui pourrait être en exercice pour 2022. L’idée est de démarrer les travaux encore cette année. Une première esquisse a cependant été présentée au collège fin 2018, que les architectes doivent modifier en fonction des premières remarques afin d’en représenter une en février.

L’endroit sera transformé en logements (au minimum 5 000 mètres carrés), principalement, mais aussi en commerces de proximité (au maximum 1 000 mètres carrés) dans un ensemble verdurisé. On aurait un immeuble assez haut, mais qui resterait dans les gabarits du quartier avec un rez-de-chaussée + 4 étages, voire 6 étages. Les logements seront forcément de standing dans la rue Art déco dont la cote a remonté avec la rénovation du Cameo.

"On mise surtout sur la qualité avec des appartements 2 chambres avec terrasse, des une chambre, car la demande est forte, et des trois chambres aussi, d’autant que la Ville tient à attirer des familles en centre-ville", décrit le promoteur Boris Salvador. "On veut privilégier de beaux matériaux, respecter l’harmonie avec le reste de la rue. Notre but, c’est vraiment de participer à la dynamique du quartier et même que notre projet rehausse la qualité de la rue des Carmes."

Côté commerces , il ne s’agit nullement de concurrencer le centre commercial avec des enseignes de prêt-à-porter, mais d’accueillir des magasins de quartier (boulangerie) ou espaces de dégustation, à l’image de ce qui se trouve déjà dans la rue. Si la façade côté rue des Carmes sera détruite car elle est en faux vieux, celle du côté rue Godefroid sera conservée car elle revêt un intérêt patrimonial. Ce sera le seul vestige de l’ancien bâtiment qui sera rasé jusque dans ses caves. La terrasse sera elle aussi exploitée un maximum, que ce soit à travers une toiture végétalisée dont pourront profiter les habitants de l’immeuble ou par un projet d’agriculture urbaine pour lequel des contacts sont déjà entrepris.

L’endroit ne sera pas entièrement privé puisqu’une place publique avec des arbres remplacera le parking actuel. Et une jonction publique entre la rue Godefroid et la rue des Carmes sera prévue. À un jet de pierre de la gare, en plein centre-ville, l’idée est que les habitants puissent complètement se passer de voiture.

M.V.