Namur Les nuisances dues à la circulation de motos dans le bois d’Harzée ont été évoquées au conseil communal.

Conseil communal léger et très court, cette semaine, à Sambreville. Ecolo est notamment intervenu avec un point qui fait beaucoup de bruit, tant dans la presse que sur les réseaux sociaux, ces derniers temps. Le problème a été dénoncé à maintes reprises : de nombreuses plaintes émanent de riverains ou de promeneurs du bois d’Harzée à cause de la circulation de motos tout-terrain. Pollution sonore, nombreuses dégradations sur les sentiers, destruction du parcours Vitae…

Olivier Bordon (PS) signale que les services de police n’ont enregistré aucune plainte quant à une fréquentation du bois par des motos ou des quads. Il incite dès lors les riverains qui subissent ce genre de désagréments à contacter la police pour que les contrevenants puissent être pris en flagrant délit. Pour l’échevin, le bois dispose de trois entrées, avec chacune une barrière et un panneau d’interdiction de circuler, excepté pour les cyclistes, mais il est impossible pour les forces de l’ordre d’y exercer une surveillance régulière.

Dans la discussion de ce point, la conseillère Ecolo Stéphanie Rota pose la question de la possibilité de créer une piste réservée aux motos. Réponse négative de l’échevin, qui estime que le territoire sambrevillois est trop petit, trop densément peuplé et qu’aucun site n’est susceptible d’accueillir ce type d’activité sans que la question des nuisances se pose. Cette dernière intervention fait remuer une fois encore les réseaux sociaux.

En résumé, de nombreux internautes trouvent cocasse la proposition d’Ecolo de créer un site dédié au motocross en plein débat sur le climat alors que ce même parti intervient dès que la moindre menace de pollution se pointe à l’horizon. Ici, ils sont prêts à accepter bruit, poussières, gaz d’échappement… On ne comprend pas.

Interrogé, Jean-Luc Révelard, chef de file des verts, tient à préciser le propos de sa colistière : " Stéphanie Rota a bien évoqué la possibilité de créer un lieu dédié à la moto mais, dans notre esprit, il était clair que ça ne devait pas se faire particulièrement à Sambreville, mais sur un site comme le circuit de Mettet, par exemple, déjà dédié aux sports moteurs ."