Un match de U15 finit à l’hôpital, pour deux joueurs. Une maman annonce qu’elle va porter plainte à la police.

Mais comment un match de football entre jeunes adolescents peut-il donc dégénérer à ce point ? À Ohey comme à Malonne, en province de Namur, la question reste sans réponse depuis samedi et la fin lamentable d’un match de foot opposant les deux clubs, en U15.

Fautes, bagarre générale, intervention musclée d’un papa sur le terrain, intimidations et injures, arbitre dépassé, une maman hurlant de panique depuis le bord du terrain de… jeu. Ajoutez un arbitre “âgé de 73 ans, laxiste et dépassé”, selon Michel Chapelier, correspondant qualifié du Standard club oheytois, et vous tenez les ingrédients d’une rencontre prétendument sportive qui n’a pas fini de faire parler d’elle. En justice, notamment, promet Virginie.

C’est son fils Sami (15 ans) qui se trouve au centre des débats. “C’était le meilleur joueur de Malonne”, concède M. Chapelier, pour justifier que “l’entraîneur ait mis un dispositif pour tenter de le contrer. Oui, il a subi quelques fautes…” Quelques ? “Seize en 32 minutes !”, s’emporte Pascal Thirot, l’entraîneur du FC Malonne. Et souvent non sanctionnées par l’arbitre Claude Lelong, s’accordent les deux camps, dans une rare unanimité.

On devine l’atmosphère tendue au maximum lorsque, à une poignée de minutes de la fin du match, Sami a subi une nouvelle faute alors qu’il filait vers le but. “Le défenseur d’Ohey l’a écarté avec le bras”, admet Michel Chapelier. Sami n’a pas maîtrisé ses nerfs. “Il était en rage”, confesse sa maman. “Il aurait plutôt dû sortir du terrain, mais il a mal réagi.” En donnant un ou plusieurs coups de pied au niveau de la poitrine d’Arthur, son adversaire, selon des Oheytois.

La situation est devenue incontrôlable. Le papa du joueur d’Ohey, celui-là même qui à la mi-temps aurait demandé à son fils “de casser les pattes” de Sami, selon l'entraîneur de Malonne, a franchi les barrières pour en découdre avec Sami, sur le terrain ! “Mais il a été retenu à temps par d’autres adultes”, pensent Michel Chapelier et Cédric Malherbe, le coordinateur des jeunes d’Ohey.

Sami, lui, est formel : “Le papa m’a frappé derrière la tête et sur l’épaule pendant que son fils me mettait des coups de pied dans les genoux.” Pascal Thirot et un autre spectateur confirment : Sami a été frappé par ce père, ainsi que pas un jeune spectateur.

© D.R.

L’arbitre, lui, nous assure n’avoir rien vu. “Pour moi, le match était fini.” Une bagarre ? “Je ne sais pas. Il y avait un peu de tension en fin de match, je suis rentré directement au vestiaire pour ne pas être mêlé à tout ça.” Il a préféré ne pas rédiger de rapport. “Il nous a dit que c’était plus simple comme ça”, s’étonne Michel Chapelier, qui connaît Claude Lelong “depuis 30 ans. Il n’avait sans doute pas envie d’aller s’expliquer devant le comité provincial…”

Arthur, le joueur d’Ohey, et Sami, le Malonnois, se sont rendus aux urgences pour soigner leurs hématomes. “Et faire constater les blessures”, précise Virginie. “Sami et moi allons déposer une plainte à la police”, assure celle qui a aussi sermonné son fils. “Et il sera sanctionné en interne, par le club, pour sa mauvaise réaction”, ajoute Patrice Debondt, président du FC Malonne, qui condamne toutefois le comportement des adultes, à Ohey.

Ah oui, le score ? 5-2. Mais tout le monde a perdu, samedi.