Namur Apparemment, la qualité du tri des déchets est bonne à Sambreville.

Énormément de questions orales lors du dernier conseil communal de Sambreville, nous aurons l’occasion d’y revenir. Mais un sujet fait débat depuis un moment dans la commune : les poubelles à puce. Débat qui a donc rebondi à travers deux questions émanant de l’opposition… et de la majorité.

Ainsi, Ginette Bodart (PS) s’inquiète parce qu’un avertissement extrait de rôle et le relevé du poids du premier semestre n’a pas été communiqué aux ménages comme cela était prévu. Philippe Kerbusch (Défi), pour sa part, interroge le collège et demande s’il a déjà reçu quelques premiers résultats ou statistiques sur l’utilisation des sacs blancs par les Sambrevillois ? "Le tri est-il bien compris et appliqué par nos concitoyens ? Êtes-vous satisfait de cette demi-année 2019 ?"

L’échevine Carine Daffe (PS) répond de façon groupée. "Un retard dans l’implémentation du nouveau logiciel, l’arrivée d’un agent supplémentaire en mai plutôt qu’en début d’année et un service fonctionnant à personnel réduit et enfin, des données de pesage du 1er semestre uniquement disponibles depuis peu sur le site du BEP expliquent le retard dans l’envoi de ces documents. L’enrôlement de la taxe forfaitaire et les données de pesage du 1er semestre devraient être envoyés courant septembre aux ménages sambrevillois."

Elle adresse ensuite quelques chiffres à Philippe Kerbusch comme par exemple ceux concernant les déchets ménagers collectés où on est passé de 2467,4 tonnes collectées au premier semestre 2018 à 984,5 tonnes pour la même période en 2019. De quoi se montrer satisfaite : "Selon le BEP, il apparaît que la qualité du tri est globalement bonne à Sambreville. Une majorité des sacs organiques semblent correctement triés. C’est très bas par rapport à la moyenne des communes qui utilisent des conteneurs à puce. Même si à deux endroits, la Cité blanche et le tour de la place d’Auvelais, le bilan est très positif et on ne peut qu’encourager les citoyens sambrevillois à poursuivre sur cette tendance et ce d’autant plus que pour ce qui concerne les dépôts clandestins, à ce stade, les agents constatateurs n’ont pas relevé d’évolution particulière", conclut Carine Daffe.

LEF.