Ses parents ne voyaient pas d’un bon oeil le couple qu’elle formait avec Brohé

Le procès de Michaël Brohé et Stéphanie Schlamp, accusés d’assassinat et de tentative d’assassinat sur Robert Robert et Prescillia Greuse à Walcourt le 14 novembre 2017, s’est poursuivi jeudi matin devant la cour d’assises de Namur avec l’audition des témoins de personnalité de Stéphanie Schlamp.

Pascal Schlamp, père de Stéphanie, a été interrogé au sujet de celle-ci. "J’ai eu la garde des enfants car mon ex-femme les a littéralement laissés sur la rue quand ils étaient ados. Elle les a mis dehors pour rejoindre son conjoint. Elle a toujours préféré nos deux fils à Stéphanie car elle ne voulait pas avoir de fille, Stéphanie manquait d’affection maternelle. J’ai essayé de faire tout ce que j’ai pu, comme j’ai pu. Elle a arrêté l’école puis a rencontré Michaël Brohé à l’âge de 18 ans. Je trouvais que c’était trop tôt. Ils ne m’ont pas invité à leur mariage puis je ne l’ai plus vue beaucoup. Ils m’ont oublié, ne m’ont pas informé qu’elle était enceinte. Elle ne voulait plus de contact, elle m’en veut mais je ne sais pas pourquoi."

Suite aux faits du 14 novembre, Stéphanie a écrit 2 lettres à son père. "Je les ai déchirées toutes les deux. Avec ce qu’elle a fait, je ne veux plus rien savoir."

Amanda, la mère de Stéphanie Schlamp, s’est ensuite présentée devant le tribunal. Elle n’avait plus eu de contact avec sa fille 2 ans avant les faits "J’ai élevé mes enfants comme à l’armée, avec des règles. Stéphanie a toujours eu une réaction de rejet à mon égard. Son père la mettait sur un piédestal, je me suis toujours demandé pourquoi elle était partie vivre chez lui. Elle avait sans doute plus de libertés du côté de ses grands-parents paternels. Chez moi, elle était jalouse de ses frères. Pour moi, un gamin a droit à plus de liberté qu’une fille. Avec Brohé, les choses ont été trop vite, la mise en ménage, le mariage, les enfants. Je ne le porte pas dans mon cœur, pour moi c’est un menteur, un manipulateur, un hypocrite et un beau parleur. Ma fille est douce et gentille, calme avec un bon caractère mais quand on la pousse à bout, elle peut être très méchante, mais pas violente."

Ludovic, le frère de Stéphanie Schlamp affirme que dès qu’il a rencontré Brohé, il ne l’a pas apprécié et n’a donc jamais appris à le connaître et ne l’a pas fréquenté.

Caroline, une amie de longue date du couple Schlamp/Brohé, présente Michaël Brohé comme "un mec en or", "un très bon père de famille", "un mari génial". "Ils formaient un beau couple, le couple parfait. Stéphanie a un caractère bien trempé, mais c’est quelqu’un de génial, toujours prête à venir en aide."

Véronique, une autre amie du couple : "C’était des gens droits, des parents modèles, je ne comprends pas comment ils en sont arrivés là, cela ne correspond pas à ce qu’ils étaient. J’ai encore des contacts avec Stéphanie, elle est triste et elle s’en veut."

Les débats reprendront vendredi matin avec les plaidoiries des parties civiles et le réquisitoire de l’avocat général Barbara Marganne. La défense plaidera lundi

JVE