La question du personnel d’encadrement reste une question à régler car l'effectif est déjà mobilisé

Nous avons soulevé ce lundi soir la difficulté pour les personnes vivant dans la rue de respecter le confinement malgré le déménagement des abris de nuit au hall sportif de Basse Enhaive: de 7h à 21h, les SDF sont en rue et n'ont aucun endroit où "se protéger et protéger les autres" comme il est demandé à la population par le conseil de sécurité.

"Des améliorations vont aussi être apportées au dispositif d’accueil et d’encadrement des SDF", annonce ce mardi soir le bourgmestre de Namur. "Ainsi, entre autres, un repas potage leur sera servi les samedis et dimanches soirs par le CPAS en faisant usage des cuisines collectives de nos maisons de repos". Les repas du matin et du soir y sont déjà assurés en semaine.

"L’organisation d’un accueil de jour est à l’étude. La Ville est convaincue de son utilité, d’autant que toutes les autres structures d’accueil associatives ont fermé, mais la question du personnel d’encadrement, avec des ressources humaines déjà fort mobilisées par ailleurs, reste une question à régler", commente Maxime Prévot.

"De même, des contacts nourris avec la province sont entretenus afin de pouvoir créer un éventuel lieu de confinement strict des SDF qui seraient dépistés positifs au Covid-19", conclut-il.

Par ailleurs, le relais social urbain namurois rappelle que le travail de rue s'intensifie dans les rues de Namur durant cette période de crise. "Afin de permettre une bonne information du public, une écoute, la création d'un lien, de l'orientation et également de la détection en cas de nécessité, les Equipes Mobiles de Rue intensifient leurs maraudes habituelles. Celles-ci sont réalisées en étroite collaboration avec quatre institutions: les travailleurs sociaux de proximité de la ville de Namur, le relais santé, l'échange et le service Salamandre. Cette semaine, deux à trois maraudes par jour sont organisées afin d'être présents pour notre public en rue."