La cour d’assises de Namur a poursuivi mardi le procès de Luc Nem, 40 ans, qui doit répondre du meurtre de sa compagne, Marielle Tournay, commis à Assesse le 28 novembre 2019.

La mère de Luc Nem, âgée de 71 ans, a été entendue par la cour en début d’après-midi. Elle a affirmé s’être séparée d’un mari violent avant de rencontrer le père de Luc Nem. Alors que celui-ci déclare que sa mère n’a pas joué son rôle, elle estime qu’elle s’en occupait « comme elle pouvait » et qu’elle a tenté de lui apprendre la politesse et le respect. La maman de l’accusé affirme que sa scolarité s’est déroulée sans difficulté, alors que ce dernier a terminé sa rhétorique à 23 ans. Elle avoue ne pas savoir si celui-ci souffrait réellement de problèmes d’alcool. Questionnée au sujet de la victime, Marielle Tournay, elle déclare : « C’était une grande buveuse aussi, elle le frappait souvent et il se défendait, elle l’a déjà encastré dans une armoire à coups de poing. » Pour elle, Luc Nem est « un gentil garçon, courageux, mais parfois colérique. »

La sœur aînée de Luc Nem a également témoigné devant le tribunal. « Il n’a pas eu une belle enfance, il était livré à lui-même, il n’a pas eu d’amour de ma mère. Elle ne lui faisait pas à manger et ne dessaoulait pas pendant des semaines, la vie était impossible car elle mettait le feu ou voulait se suicider. C’est triste car il reste mon frère, c’est un malheureux accident à cause de l’alcool, il n’est pas un assassin. »

Une serveuse d’une magasin de nuit où le couple avait l’habitude d’acheter de la bière et de la vodka affirme avoir vu Marielle Tournay avec un œil au beurre noire ou les jambes bleues et gonflées après avoir reçu des coups. « Lui m’a déjà dit qu’il sortait de prison. Il a déjà retourné le magasin suite à une altercation. Elle ne parlait pas beaucoup ou alors tout bas, elle était nerveuse et tremblait. »