Cinq peines de travail de 200 heures- ou deux ans de prison en cas d’inexécution - et une peine de deux ans ferme ont été prononcées, vendredi par le tribunal correctionnel de Namur, à l'encontre de six personnes poursuivies pour le passage à tabac prémédité d'un homme, commis le 3 mars 2020 à Sambreville.

Les six prévenus, une mère de famille née en 1981, son fils et quatre de ses amis, ont tendu un guet-apens à la victime en lui envoyant des messages à caractère sexuel pour l'attirer. La quadragénaire en état à l’origine. "Une amie m'a expliqué avoir été violée. Je n'aurais pas dû prendre parti », expliquait-elle à l’audience.

Elle a accueilli cet homme dans son garage. Son fils est rapidement arrivé et lui a porté plusieurs coups de poing. Ses amis ont pris le relais en le poursuivant. Dans sa tentative de fuite, la victime a trébuché sur une racine dans le jardin. Alors qu'elle était au sol, deux des agresseurs en ont profité pour lui porter plusieurs coups. Elle a souffert d'une fracture du nez, de l'orbite et a perdu une dent. Elle a subi une incapacité de plus de quatre mois