A Namur comme dans d'autres villes, les soldes ont démarré en douceur. La plupart des commerçants interrogés font état d'un chiffre d'affaires inférieur de 30 % à 50 % par rapport à un samedi de soldes ordinaire. Certains ont toutefois sauvé (ou presque) la mise grâce à des réductions importantes d'entrée de jeu. Beaucoup de magasins ont affiché - 50 % là où les soldes débutent d'habitude à - 20 % ou - 30 %, observe l'UCM.

La tendance est identique lorsqu'on opère un petit coup de sonde dans la corbeille namuroise. Les commerçants, chacun a son explication.

"Certaines clientes ont malgré tout peur de faire les magasins en raison du covid, même si on peut les rassurer en prenant toutes les précautions nécessaires. Elles considèrent que les vêtements ne sont pas de première nécessité. Je peux les comprendre, mais cela ne fait pas nos affaires", confirme Nicole.

Selon l'UCM, les commerçants se disent handicapés par la décision du Conseil national de sécurité de lundi dernier de n'autoriser qu'une seule personne par "bulle" dans les magasins. "Faire les soldes", c'est aller avec son conjoint, son fils, sa fille ou un(e) ami(e) choisir avec un regard extérieur. Cette restriction a réduit à la fois la fréquentation et les achats non essentiels, qui sont un des plaisirs des soldes.

Sarah confirme: "On ne voit pas vraiment de virée shopping entre copines comme les autres années du fait que les entrées sont limitées. Et, normalement, on ne peut entrer qu'à une personne par ménage ou par groupe dans le magasin.Or, certaines ont besoin d'un avis extérieur pour être rassurée sur leur choix."

"Les clients attendent parfois les soldes en juillet pour acheter leurs vêtements d'été. Ici, comme ils sont en août, la saison estivale est presque terminée donc les clients se laissent moins tenter."

Une exception cependant: les enfants. "Les parents sont toujours au rendez-vous car les enfants grandissent sans arrêt et ont besoin de nouveaux vêtements en permanence. Alors que les adultes achètent davantage pour le plaisir et pas par nécessité", commente cette vendeuse spécialités en bébés, enfants et ados.

Résultat: les affaires sont encore nombreuses à la veille de ce deuxième week-end des soldes. Avec encore un large choix et des réductions importantes. "D'habitude, on a un mois et le plus gros du stock est parti la première semaine. Cette année, la nouvelle collection arrive dès la semaine prochaine donc on doit faire de la place."

Mais les commerçants craignent que les températures caniculaires empêchent les clients de sortir. Leur conseil: "venez faire vos courses le matin, ce sera nettement plus agréable."