Namur Des recours au conseil d’Etat et des actions au civil sont déjà annoncés.

Le 28 août, le Collège Communal de Sombreffe a décidé de délivrer un permis unique à la S.A. Eliard pour la construction de deux poulaillers de 6500 unités chacun à moins de 300 mètres du village Ligny, et cela malgré l’avis des riverains exprimé, notamment, via une pétition signée par 253 personnes dont 127 riverains et 71 lettres d’opposition.

Un comité, avosplumes5140, s’est constitué pour s’opposer au projet. "Force est de constater, que même au sein du Collège, le projet n’a pas fait l’unanimité puisque deux élus se sont opposés à celui-ci en votant "non". Tout au long du processus décisionnel, la démocratie participative a été bafouée par les autorités locales. Cela n’a fait qu’exacerber la volonté des riverains de se pourvoir en appel."

Afin d’être épaulé au mieux dans cette tâche, le Collectif a décidé de mandater un cabinet d’avocats afin qu’il les aide au mieux dans leurs démarches et introduise les recours qui seront utiles et nécessaires. Cette décision a permis de mettre en exergue de très nombreux arguments tant sur le fond, que sur la forme pour alimenter les futures procédures, annonce le comité.

"La première étape étant le recours administratif auprès de la Région Wallonne, il vient d’être introduit avec pour objectif une ré-analyse complète du dossier de A à Z. Et le moins que l’on puisse dire est que la mobilisation n’a pas faibli, 118 personnes ont souscrit à celui-ci ! Dans l’éventualité où l’autorité régionale avaliserait le permis délivré par le Collège Communal, il va de soi que le recours au Conseil d’Etat sera envisagé par les riverains avec l’aide de leur Conseil. Au-delà de ces procédures collectives, certains riverains annoncent déjà des procédures civiles en troubles de voisinage si le projet devait aboutir. Pour rappel, plusieurs experts annoncent des pertes de valeurs sur les biens immobiliers de 7 à 15 %."

JVE