Découverte d’une discipline féminine, originale et en pleine expansion

NAMUR Patins à roulettes, petit short, bas et grandes chaussettes, casque et protections, le look ne passe pas inaperçu. Cette tenue fait partie du “folklore” qui entoure le Roller Derby. Discipline née aux USA dans les années 30, elle se pratique aujourd’hui un peu partout. Depuis mars 2011, un club a vu le jour à Namur.

“C’est un sport tactique et très physique” , confie Emilie Fromont, joueuse et responsable administrative du club namurois. “Sur une piste ovale, deux équipes composées de cinq joueuses sont opposées. Dans chaque équipe, il y a une jammeuse, c’est celle qui porte une étoile sur son casque. L’objectif, dans chaque manche de 2 minutes, est que celle-ci dépasse un maximum de fois le pack adverse qui est composé par les quatre autres joueuses qu’on appelle les bloqueuses. Celles-ci ont pour but de freiner la jammeuse adverse en la bloquant. Les coups d’épaule, de flanc et de hanche sont autorisés mais interdiction d’utiliser les pieds, les genoux, les mains ou les coudes.”

Ce sport de contact sur patins à roulettes se joue pendant une heure. “L’équipe dont la jammeuse a dépassé le plus de fois le pack adverse s’impose.” Ce n’est finalement pas très compliqué et c’est surtout à la mode… “On accueille régulièrement des nouvelles recrues. Notre club, le seul dans la province, grandit. Actuellement, on compte 20 joueuses et 5 arbitres. À la base, cette discipline était mixte mais elle s’est féminisée. C’est vraiment accessible à toutes. Dans notre club, on a des mères de famille, des étudiantes, des enseignantes… Outre le caractère sportif, c’est toute une ambiance. On a d’ailleurs chacune notre petit surnom. Moi, c’est Angry Ladybug !”

Depuis la création du club, les Namur Girls pratiquent leur discipline dans l’enceinte de la patinoire la Mosane à Jambes. “On a cru à un moment qu’on devrait trouver une nouvelle salle, ce qui est loin d’être évident pour la pratique de notre sport. Mais comme l’Adeps n’a aucune nouvelle de la date du début des travaux prévus, on a signé un nouveau contrat jusque fin 2013.”



© La Dernière Heure 2012