Cluster Eco-construction regroupe 260 professionnels du secteur de la construction écologique en Wallonie. Un organisme qui a pour l’instant ses quartiers dans le bâtiment de Canal C à Salzinnes. De nouveaux locaux sont réalisés dans le Parc Ecolys à Suarlée. A la base du projet, le programme européen Interreg UP STRAW dont le but est la promotion de la paille comme matériau de construction. L’Europe prend donc à son compte 60 % du coût, la Région wallonne 30 % et le Cluster les 10 % restants.

" L’objectif est de constituer une vitrine des atouts et possibilités de l’éco-construction, mais aussi de montrer la qualité des compétences techniques en Wallonie", précise Hervé-Jacques Poskin, le directeur du Cluster. "Notre futur bâtiment renforcera la position de la paille comme matériau aux multiples qualités, également pour des bâtiments tertiaires, tels que bureaux et ateliers."

L’implantation utilisera intelligemment le terrain en pente, avec une construction entièrement posée sur des pieux en acier vissés dans sol : "poser le bâtiment sur des pieux vissés permet à la fois de réaliser le plancher inférieur en bois plutôt qu’en béton et de rendre évidente la compréhension du mode de construction", explique Caroline Broux, associée au sein du bureau d’architectes helium 3. "Autre avantage : avec cette technique, le terrain est préservé et le sol conserve sa perméabilité à l’eau."

Première innovation : le bâtiment, composé d’un rez et d’un étage, utilise du bois brut pour ses faces interne et externe, via l’utilisation de demi-grumes d’épicea. Entre ces parois de 16 cm d’épaisseur, sont placés un frein vapeur et un pare-pluie, et bien entendu, de la paille selon une quantité bien précise. Lors de l’assemblage des deux parois, la paille est compressée, ce qui lui confère sa densité la plus performante en termes d’isolation, de régulation hygrométrique et de résistance au feu. Avantage : le bois subit moins de transformations, le coût de l’enveloppe est donc comparable voire inférieur à un bâtiment conventionnel en béton. Cette ossature bois innovante est donc compétitive économiquement.

Deuxième innovation : une préfabrication en 3D, soit la construction complète sur mesure du module en usine, à l’abri des intempéries.

Troisième innovation : la structure portante extérieure soutenant la partie en porte-à-faux du bâtiment est en grumes usinée.

La production des parois a démarré début décembre. Elles ont été assemblées en février et mars pour former les différents modules du bâtiment. Le transport et l’assemblage final sur site est prévue en ce mois d’avril. Cluster Eco-Construction devrait occuper ses nouveaux bureaux le 15 mai.