Le débat refait régulièrement surface.

Y a-t-il un lien de cause à effet entre les pesticides et la maladie ? Dans leur programme, les différentes listes y font allusion.

Pour Ecolo, l’avis le plus tranché sur les pesticides vient de Grégoire Delneuville (24 ans de Cortil-Wodon) étudiant en bioingénieurie à Gembloux et troisième sur la liste : "Il faut aller vers zéro pesticides." Selon Louis Lambert, tête de liste, on attend les résultats des experts depuis 2 ans. IL propose des solutions : "Le dialogue plutôt que la stigmatisation des agriculteurs, une procédure d’avertissement en cas d’épandage et la création d’une régie agricole communale."

Du côté d’EPF, Laurent Henquet défend son programme : "Relançons la communication entre les agriculteurs et la population, il faut du dialogue et du respect. Le métier est méconnu du grand public et une brochure d’information doit être mise à disposition du citoyen qui a envie de mieux comprendre l’agriculture au sein de sa commune. Mais pour nous, la santé des villageois est primordiale et il faut la préserver, sans oublier nos agriculteurs qui sont les premiers exposés."

Il souligne les progrès faits dans la perspective d’une agriculture responsable : "Les produits sont de plus en plus contrôlés, produits agréés (bio ou non), des bandes tampons mises en place à côté de certains établissements (écoles, maisons de repos, crèches…), matériel de pointe, assistance GPS, phytolicence à obtenir tous les 3 ans." Il ajoute toutefois que ceux parmi les agriculteurs qui se mettent en porte à faux par rapport à la loi et qui ne veulent pas suivre cette évolution sanitaire doivent être lourdement sanctionnés.

LdB + menée par Vincent Dethier et poussée par Jean-Claude Nihoul rappelle le travail fourni par la majorité en place dans ce dossier qui dépasse le domaine de compétence de la commune.