Le tribunal correctionnel de Namur a entendu jeudi les plaidoiries des avocats de 5 prévenus impliqués dans des faits de vente de stupéfiants entre mai 2019 et juin 2020 à Namur

Un couple était à la base de ce que le parquet considère comme une association de malfaiteurs active dans la vente de cannabis, de cocaïne et d'héroïne. Cinq autres prévenus, un homme à tout faire et quatre fournisseurs de drogue, étaient impliqués dans celle-ci.

Le parquet de Namur a requis le 22 avril 6 et 4 ans à l'encontre des membres du couple présenté comme étant à la tête du trafic et 3 ans pour celui qui les assistait. Des peines de 4 ans sont requises contre 4 autres prévenus, présentés comme les fournisseurs de drogue.

Le conseil de « l’homme à tout faire » du couple plaide un sursis probatoire pour ce qui excède la détention préventive, contestant la prévention d’association et reconnaissant uniquement celle de détention de stupéfiants. Un des fournisseurs de drogue sollicite la suspension probatoire du prononcé de la condamnation, son avocat réfutant tout but de lucre, la vente servant dans son cas à financer sa consommation personnelle. Les mêmes arguments sont avancés pour deux autres prévenus pour qui un sursis probatoire et une peine de travail sont plaidés, alors que l’acquittement est demandé pour le dernier préven, qui nie avoir pris part à tout trafic de stupéfiants.

Jugement le 27 mai